oncf

Libye

En Libye, le procureur général de Tripoli a ordonné la mise en détention provisoire de huit responsables qui travaillent dans le secteur des barrages et de l’eau. Une décision qui fait suite à la catastrophe de Derna.

Le bilan des inondations à Derna est toujours incertain. Selon l’OCHA, organisme de l’ONU qui citait le Croissant-Rouge, au moins 11 300 personnes sont mortes et 10 100 restent portées disparues dans la seule ville de Derna. Toutefois, à la mi-journée de dimanche, un porte-parole du Croissant-Rouge a démenti le chiffre avancé par l’agence onusienne.

Secouristes et volontaires s’activent toujours à la recherche des milliers de personnes portées disparues à Derna, ville côtière de l’Est de la Libye, dévastée au passage de la tempête Daniel. Tempête qui a entrainé la rupture de deux barrages et de violentes inondations.

Dans l’est de la Libye, un déferlement d’eau dans la nuit du 10 au 11 septembre, consécutif au passage de la tempête Daniel, a rompu deux barrages en amont et provoqué des dégâts énormes et des milliers de décès à Derna, cette ville côtière de 100 000 habitants. Son maire évoque entre 18 000 et 20 000 morts.

En Libye, Derna et sa région déplorent leurs morts et les organisations humanitaires craignent un bilan toujours plus lourd après les inondations meurtrières de dimanche. L’énorme vague qui a détruit des quartiers entiers de la ville aurait fait entre 2 300 et 5 300 morts selon les évaluations respectives des deux gouvernements libyens.

Au moins 5 000 personnes ont péri dans les inondations qui ont dévasté l’est de la Libye lors de la tempête Daniel, selon les responsables du gouvernement rival de Tripoli qui dirige cette partie du pays. Dans la ville de Derna, le bilan est particulièrement dramatique après l’effondrement de deux barrages, dans la nuit du 10 au 11 septembre.

Israël a nié lundi être à origine d’une « fuite » sur une rencontre entre son chef de la diplomatie et son homologue libyenne, au lendemain de l’annonce officielle d’une telle entrevue par son ministère des Affaires étrangères ayant précipité la suspension de la ministre libyenne. Cette dernière ne serait que le « dindon de la farce » puisqu’elle ne saurait agir seule.

Une vaste opération militaire est menée par l’Armée nationale libyenne dirigée par le maréchal autoproclamé Khalifa Haftar depuis vendredi dernier dans le Sud libyen. Cette opération vise selon l’ANL à chasser les opposants tchadiens, terroristes et autres trafiquants actifs dans la zone frontalière entre la Libye, le Tchad, le Soudan et le Niger.

Demo
© 2024 Pm-Editions. | Réalisation & Seo : Digitaltransformer.ma.