#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Les eaux de la mer Rouge deviennent « très chaudes » : Les marines US et britanniques s’agitent face aux attaques de Sanaa

Une proposition faite par les Américains à Sanaa en vue de la restauration conditionnée de la paix au Yémen, a été déclinée. La preuve, un bâtiment de guerre américain a été ciblé en mer Rouge par des drones, outre les attaques ayant ciblé des bateaux israéliens.
Les eaux de la mer Rouge deviennent « très chaudes » : Les marines US et britanniques s’agitent face aux attaques de Sanaa

Les Américains ont proposé à l’organisation yéménite houthie Ansarullah depuis quelques jours d’instaurer la paix au Yémen en échange de l’arrêt des attaques anti israéliennes, a rapporté le quotidien libanais al-Akhbar. Mais le mouvement yéménite a refusé cette proposition et a repris ses opérations contre les navires israéliens ou appartenant à des Israéliens après une première attaque réalisée le 19 novembre, au cours de laquelle ses forces se sont emparées du navire marchand Galaxy Leader qui appartient à une société britannique, laquelle est la propriété d’un homme d’affaires israélien.

Dimanche 3 décembre, les forces yéménites de Sanaa ont déclaré avoir visé deux navires israéliens sur le détroit de Bab al-Mandab dans le cadre de ses mesures destinées à interdire aux navires israéliens de naviguer en mer Rouge et dans le golfe arabe jusqu’à l’arrêt de l’offensive israélienne contre la bande de Gaza.

Deux navires, Unity Explorer et Number Nine en l’occurrence, ont été visés respectivement par un missile naval et par un drone kamikaze après avoir ignoré les messages d’avertissement des forces navales yéménites, précise un communiqué produit dimanche par Sanaa. « Les forces armées yéménites renouvellent leur avertissement à tous les navires israéliens ou associés aux Israéliens qu’ils deviendront une cible légitime s’ils violent ce qui est indiqué dans cette déclaration et les déclarations précédentes publiées par les forces armées yéménites », ajoute le texte.

Plus tard, le général Yahia Saree, porte-parole des forces yéménites, a assuré que « le Yémen mène une bataille fatale contre l’occupation et les USA ». « Et nous allons la poursuivre jusqu’à l’arrêt de l’offensive contre Gaza », a-t-il souligné.

Selon le quotidien israélien en ligne Ynet, Sanaa a attaqué deux navires, l’un d’entre eux n’est pas israélien, mais l’un de ses propriétaires est un homme d’affaires israélien. Il aurait subi des dommages légers. Quant au second, il est britannique et a subi d’importants dommages causés par un missile et des drones, selon le journal israélien.

Par ailleurs, des sources yéménites ont assuré que l’un des deux navires a pris feu et envoyé des signaux de détresse aux forces US déployées dans la zone.

« Le destroyer (…) USS Carney a répondu aux appels de détresse des navires et leur a fourni de l’aide », abattant trois drones qui se dirigeaient vers le navire de guerre durant la journée, a précisé le communiqué du Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom), selon lequel il y a eu quatre attaques contre trois navires commerciaux distincts opérant dans les eaux internationales du sud de la mer Rouge.

Selon l’AFP, le destroyer a détecté un missile, tiré depuis une zone du Yémen contrôlée par les Houthis, qui a fini sa course près d’un navire battant pavillon des Bahamas, le Unity Explorer. Le cargo a ensuite signalé des dégâts mineurs causés par un autre missile.

Le Number 9, un vraquier battant pavillon panaméen, a déclaré avoir été endommagé par un missile, sans déplorer de victime. Le Sophie II, de même pavillon, a indiqué avoir aussi été touché, sans subir de dégâts importants.

Pour le Centcom, ces attaques représentent « une menace directe pour le commerce international et la sécurité maritime ». « Nous avons également toutes les raisons de croire que ces attaques, bien que lancées par les Houthis au Yémen, sont entièrement financées par l’Iran », a avancé le Centcom. Martelant que « les Etats-Unis vont envisager toutes les réponses appropriées en étroite coordination avec leurs alliés et partenaires internationaux. »

Dimanche soir, le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné « dans les termes les plus fermes » ce qu’il a qualifié de récentes attaques lancées par Sanaa contre un navire commercial en mer Rouge, appelant à la libération immédiate du navire Galaxy Leader.

Ces développements sont survenus quelques heures après que la marine US dans le golfe d’Aden a effectué des patrouilles maritimes et aériennes dans les eaux proches de Bab al-Mandab, selon le quotidien libanais al-Akhbar. Ce que les observateurs à Sanaa ont considéré comme un défi clair et une menace américaine de briser la décision de Sanaa contre les navires israéliens.

Dans ce contexte, des sources locales dans la zone côtière de Mudaraba, située au large de Bab al-Mandab, ont confirmé à al-Akhbar que la marine américaine, avec la participation britannique, s’était redéployée dans plusieurs zones proches des eaux territoriales yéménites. Parallèlement, selon al-Akhbar, les forces des garde-côtes locaux fidèles aux Émirats arabes unis effectuent des patrouilles navales intensives pendant des jours, le long de la côte, de Khor Amira à Ras Amran, en face de la ville d’Aden.

Pour sa part, Sanaa a annoncé la formation d’une force de « mobilisation et soutien » à la Palestine formée de 16 000 combattants, et indiqué que son armée de l’air a effectué des manœuvres auxquelles ont participé des avions MiG-29 et de combat Sukhoï de fabrication russe, affirmant sa disponibilité à toutes les éventualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous