#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

J. Bolsonaro devant la justice brésilienne : Les appréhensions de la droite renforcées

Previous slide
Next slide
L’ancien président brésilien pourrait être rendu « inéligible » par une décision du Tribunal supérieur électoral. Il est accusé d’abus de pouvoir politique et économique lors de la campagne électorale en 2022. Au centre du procès qui a débuté jeudi: une réunion au palais présidentiel avec des ambassadeurs et équipes diplomatiques, datant du mois de juillet, où Jair Bolsonaro a une fois de plus attaqué le processus électoral brésilien sans preuves.
J. Bolsonaro devant la justice brésilienne

Six mois après son départ du pouvoir, l’ancien président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro est jugé à partir de jeudi dans un procès qui pourrait lui valoir l’inéligibilité et le priver du scrutin de 2026. J. Bolsonaro, qui se dit innocent, sera absent jeudi pour son procès, car il se rendra à Porto Alegre (sud) pour des réunions politiques, a indiqué sa défense.

Dans un discours en juillet 2022 à la résidence présidentielle de l’Alvorada, et retransmis sur la télévision publique, il avait déclaré devant des diplomates vouloir « corriger des failles » dans le système de vote électronique avec la « participation des forces armées », sans fournir la moindre preuve de ses allégations. Pour ces propos, l’ex-capitaine de l’armée de 68 ans pourrait être déclaré « inéligible » à des mandats publics pendant huit ans. Le parquet le poursuit pour « abus de pouvoir politique et usage indu des moyens de communication ».

Durant toute sa campagne, il avait agité le risque de fraude, attisant la colère de ses partisans les plus radicaux qui, le 8 janvier, quelques jours seulement après l’entrée en fonction de Lula Da Silva, avaient attaqué les sièges des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire à Brasilia. Des scènes saisissantes qui avaient rappelé l’assaut mené, deux ans auparavant, par des partisans de l’ancien président américain Donald Trump sur le Capitole à Washington.   

« Il n’y a eu aucune critique, ni d’attaque contre le système électoral. J’ai fait une présentation sobre sur la façon dont les élections fonctionnent au Brésil », a soutenu J.Bolsonaro mercredi devant la presse. Sur CNN Brésil, il a demandé aux juges de rendre un « jugement juste ».

Pour les électeurs de J. Bolsonaro qui lui restent fidèles, comme Luciano Pereira, « le président n’a commis aucune infraction. Si le TSE le rend inéligible, c’est une honte pour eux. La preuve qu’ils font de la persécution politique. Qu’ils sont militants. S’ils poursuivent Bolsonaro, des milliers et des milliers de Bolsonaro naîtront. Alors que des militants du Parti des Travailleurs, il n’y en a presque pas… », assure-t-il. Mais la droite brésilienne, n’a pas encore de successeur aussi populaire que J. Bolsonaro. L’ancien président devra encore affronter une quinzaine de procédures devant le Tribunal électoral et cinq affaires devant la Cour Suprême, notamment pour son rôle dans les attaques du 8 janvier.

Recommandé pour vous