#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Le ministre de la Santé devant les élus : Le pass vaccinal lié aux dispositions de l’état d’urgence sanitaire

Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé et de la Protection sociale a été interpellé par les élus de la Chambre des représentants, sur plusieurs volets de la stratégie nationale anti-Covid-19. Le Pass vaccinal qui a privé une députée, la cheffe du PSU en l’occurrence, de la séance parlementaire a été débattu. Une obligation assure le ministre qui fait fi de la dimension volontaire de la vaccination rappelée, elle, par le Roi.

Faisant l’historique de la crise sanitaire que traverse le Royaume, K. Ait Taleb n’a pas omis d’évoquer l’inquiétude mondiale concernant, la propagation d’une nouvelle vague de Coronavirus avec l’émergence de nouvelles souches de cornavirus, et les difficultés et obstacles croissants associés à l’obtention de vaccins face à la forte demande mondiale. « Conformément aux instructions royales, la réponse rapide de notre pays face à la nature inattendue de la pandémie a été hautement saluée par la communauté nationale et internationale. Elle a été caractérisée par la proactivité, la précision et l’inclusion, et a été fondée sur des principes qui garantissent tout, le sacrifice et le patriotisme comme valeurs inhérentes car il s’agissait de maintenir l’intérêt public des citoyens en priorité, de mieux les servir et de renforcer la résilience socio-économique pendant la période de choc », a-t-il rappelé.
Pour le ministre, « les directives issues des grands discours royaux ont constitué une feuille de route pour toutes les mesures prises en cette phase difficile et exceptionnelle avant même l’annonce du premier cas d’infection dans notre pays le 2 mars 2020 ». Et de louer la mobilisation globale et ininterrompue pour contenir la crise, les autorités sanitaires, ainsi que les autres interventionnistes, tels que le ministère de l’Education, la Sécurité et les FAR, la protection civile, la Gendarmerie Royale, les Forces Auxiliaires, les médias et les organisations de la société civile, qui se sont dévoués de toutes leurs énergies et possibilités pour faire face à la situation épidémique d’urgence et de réussir la campagne nationale de vaccination. Il a de même remercié le personnel de la Santé, pour leurs efforts considérables leur position héroïque au front. Il a en outre annoncé que 3 047centres de santé ont été dédiés ainsi que plus de10 000 unités pour la vaccination contre la Covid-19 et a également dit sa grande fierté quant au succès de la Campagne nationale de vaccination qu’il a rappelée toute de gratuité conformément aux instructions royales du 9 novembre 2020.
« Notre pays connaît une amélioration marquée et continue de nombreux indicateurs associés à la situation épidémique pour la dixième semaine consécutive notant que le taux de plus en plus faible et indiquant que le nombre de cas hebdomadaires continuant de diminuer de 8 pour 100 000 habitants et que le nombre de décès continuait de diminuer depuis près de 13 semaines », a-t-il encore dit. Soulignant au passage que le taux de reproduction du virus covid-19 a atteint 0,91, le nombre de cas hebdomadaires critiques 20 faisant l’objet d’une réduction à un pour 100 000 habitants. Le taux de remplissage des lits de réanimation Covid a diminué en conséquence, -19 à 6,2% de la capacité clinique de 5 250 lits, une baisse observée pour la neuvième semaine consécutive après le taux de remplissage, dans la période de pointe, a dépassé 60% de la capacité des lits de réanimation.
La vigilance reste de rigueur, a ajouté le ministre, même si le taux de transmission de la version mutée Delta continue de diminuer, mais cela ne signifie pas la fin de la vague, qui nécessite le maintien de mesures préventives et de précaution, ainsi que l’administration rapide du vaccin. Il a également fait état de l’ « excellence de la communication explicative » des efforts de son département et de celui des autorités pour repousser les rumeurs, les fake news et autres allégations de risques, d’effets secondaires ou de décès résultant de l’administration de doses de vaccination.
Sous la direction du Roi et grâce aux des efforts concertés du gouvernement et de la société, notre pays a pu avant la rentrée actuelle scolaire, vacciner des élèves de l’enseignement public et privé et des écoles de missions étrangères âgés de 12 à 17 ans, et administrer la troisième dose du vaccin, dira-t-il encore. Et de souligner que certaines parties s’orientent vers l’immunité collective grâce à la forte demande de vaccination de leur population, notamment à Beni-Mellal-Khénifra, où plus de 95% de la population ciblée a été entièrement vaccinée jusqu’à présent, soit plus de 612 000 personnes, qui ont été vaccinées avec deux doses, ce qui explique l’amélioration significative de la situation épidémiologique dans ce domaine. « Notre pays compte 16 millions de doses, et moins de 6 millions de personnes pour atteindre l’immunité collective souhaitée », a-t-il fait observer.
Concernant le sujet controversé du pass vaccinal, le ministre a mis en avant que tous étaient concernés invitant les citoyens à utiliser le « pass vaccinal » pour avoir accès aux administrations publiques et privées, hôtels, lieux touristiques, les restaurants, les cafés, les magasins, les salles de sport et autres espaces fermés. Il a également souligné l’attention particulière pour les personnes non vaccinées pour accélérer la prise de leurs première et deuxième doses de vaccin, ainsi que la troisième dose pour ceux qui ont été vaccinés depuis plus de 6 mois.
Le ministre a indiqué que le pass vaccinal peut être téléchargé à partir du portail Web de la Campagne nationale pour la vaccination contre la Covid-19 sur le lien : www.liqahcorona.ma. Signalant que début juin, les autorités publiques ont annoncé l’introduction d’un passeport de vaccination qui permettrait aux bénéficiaires de deux doses du de voyager sans entrave à l’intérieur du pays et à l’étranger, « ce pass vaccinal constitue un document officiel sécurisé et reconnu par les autorités, permettant au titulaire, sans avoir besoin de prévoir un document supplémentaire, de se déplacer sur tout le territoire national sans restrictions, de voyager après 23 heures ainsi que de voyager à l’étranger » a-t-il encore dit.
En cela, a-t-il indiqué, la décision des autorités publiques se basait sur les dispositions de l’état d’urgence sanitaire pour la déclarer, en fonction du décret (qui court toujours) n ° 2.20.292 (du 23 mars 2020) permettant aux autorités publiques de prendre des mesures urgentes pour protéger la vie et la sécurité des citoyens face au risque de propagation de maladies infectieuses ou épidémiques conformément aux recommandations en de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
L’adoption du « passeport vaccinal », à cette période de l’année, a argumenté le ministre, vise à motiver les personnes non vaccinées à accélérer la vaccination pour se protéger contre les points chauds épidémiques qui pourraient réapparaître et préparer l’hiver propice aux nouvelles vagues virales. Le pass-vaccinal ne peut que contribuer à pousser les groupes non vaccinés à s’engager fortement dans la campagne nationale de vaccination, car c’est la seule option actuellement disponible qui offre une protection adéquate contre les formes graves de la Covid-19.
Il a, in fine, indiqué que le Maroc, sous l’impulsion royale, est entré dans l’ère industrielle des vaccins contre le coronavirus avec la signature des trois accords pour produire 5 millions de doses de vaccin covid-19 par mois avec des investissements de 500 millions de dollars pour « promouvoir l’autosuffisance dans le domaine des vaccins covid-19 ainsi que d’autres vaccins et atteindre la souveraineté sanitaire du Royaume ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous