#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

L’armée sioniste bombarde Rafah : L’armée égyptienne sur les dents

L’armée sioniste poursuit toujours le pilonnage de Rafah, ville du sud de Gaza, où s'entassent plus d'un million de Palestiniens déplacés par la guerre. Les nombreux bombardements ont fait une centaine de martyrs et de nombreux blessés. Le dernier bilan du ministère de la Santé à Gaza fait état, vendredi, de 27 947 martyrs et 67 317 blessés depuis le début de la guerre, le 7 octobre. Les victimes de la barbarie sioniste sont en majorité des femmes, des adolescents et des enfants.
L’armée sioniste bombarde Rafah : L’armée égyptienne sur les dents

Le Premier ministre sioniste a déclaré avoir ordonné à son armée d’élaborer un plan visant à évacuer les civils de Rafah, où il prévoit de lancer une « opération massive » et de vaincre les derniers bataillons du Hamas. Réagissant aux déclarations de Benyamin Netanyahu, Mahmoud Abbas, chef de l’Autorité palestinienne, a déclaré depuis Ramallah que le plan israélien pour l’assaut de Rafah vise à chasser les Palestiniens de la bande de Gaza. Son bureau ajoute qu’Abou Mazen tient le gouvernement israélien et l’administration US pour responsables de ce qu’il va désormais se produire. Ramallah en appelle à l’ONU, face à une posture israélienne qui « franchit toutes les lignes rouges », selon le communiqué.

Le Caire a pris des mesures pour renforcer la sécurité près de la frontière avec la bande de Gaza, déployant 40 chars et véhicules blindés de transport de troupes dans le nord-est du Sinaï lors des deux dernières semaines, rapporte Reuters. Des sources font état de la mobilisation d’hélicoptères de combat dans la zone pour suivre l’évolution de la situation. L’Egypte a par ailleurs réaffirmé son refus de tout transfert du peuple palestinien hors de sa terre et invite à mettre en place la solution à deux Etats, seule à même de régler le problème. Toute offensive d’ampleur à Rafah, dernier refuge des déplacés de la guerre dans la bande de Gaza, aggravera la « tragédie sans fin » qui s’y déroule, a prévenu vendredi l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) dans le territoire. Washington a averti la veille, jeudi, d’un « désastre » à Rafah et assuré ne pas soutenir une opération « sans une planification sérieuse et crédible » concernant les civils sur place. « Je pense, comme vous savez, que la riposte à Gaza, dans la bande de Gaza, a été excessive », a déclaré Joe Biden, président américain, dans une rare critique à l’égard d’Israël.

En Jordanie, la rue bout. En effet, des manifestants réclament l’établissement d’un pont d’aides terrestre vers la bande de Gaza, l’annulation de l’accord de paix avec l’entité sioniste, la fermeture de son ambassade à Amman et le soutien à la résistance palestinienne. Les manifestants réclament l’arrêt de tout transfert de marchandises, fruits et légumes notamment, vers l’entité sioniste. Les Forces de sécurité jordaniennes s’échinent à interdire aux manifestants de parvenir au passage frontalier qui relie la Jordanie aux territoires occupés.

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, s’est dit « alarmé » par une opération terrestre sur place. « Une telle action aggraverait de façon exponentielle l’actuel cauchemar humanitaire dont les conséquences régionales sont déjà incalculables », a-t-il écrit sur le réseau social X.

A rappeler que les opérations militaires de l’armée sioniste n’épargnent toujours pas les structures sanitaires. Tel est le cas de l’hôpital Al-Amal qui abrite, à Khan Younès, des dizaines de personnes déplacées par la guerre, tout comme des patients, mais également le personnel médical. La semaine dernière, le PRCS avait annoncé que près de 8 000 personnes avaient été évacuées de Khan Younès ainsi que de l’hôpital al-Amal. Une quarantaine de personnes déplacées, et environ 80 patients et une centaine de soignants demeurent toujours dans l’hôpital. Dans les environs de l’hôpital Nasser dans le sud de Khan Younès, l’armée israélienne a effectué de nombreux tirs, faisant au moins 17 morts. Des attaques de drones ont également visé des personnes présentes sur le toit de l’hôpital, rapporte Al Jazeera. Le PRCS a également annoncé vendredi que l’hôpital al-Quds dans le nord de Gaza, avait également été la cible d’attaques israéliennes.: « L’occupation israélienne a délibérément tué 340 cadres médicaux, arrêté 90 autres, et détruit 123 ambulances », a assuré le porte-parole du ministère de la Santé de Gaza

Les forces sionistes ont commis au moins 13 massacres contre des familles dans la bande de Gaza, notamment à Rafah et Khan Younès. Leurs raids ont entraîné la mort de plus d’une centaine de Palestiniens et fait plus de 140 blessés au cours des dernières 24 heures. Selon l’agence de presse palestinienne Wafa, quatre personnes au moins ont été tuées après un bombardement israélien sur une école faisant office de camp pour les réfugiés palestiniens. Le camp se trouve dans la ville d’al-Zawayda, au centre de la bande de Gaza. Le raid a également fait plusieurs blessés qui ont été transférés à l’hôpital des Martyrs d’al-Aqsa à Deir al-Balah.

Résistance tous azimuts

Les différentes factions de la résistance palestinienne continuent d’affronter les forces israéliennes qui pénètrent sur différents fronts de combat dans la bande de Gaza, où de violents affrontements ont lieu, notamment à l’ouest de la ville de Gaza.

Les Brigades al-Qassam, branche militaire du mouvement Hamas, ont publié sur leur site officiel un rapport sur le missile al-Yassin 105, dans lequel elles révèlent que le missile fait partie de la chaîne de production officielle depuis 2018, et qu’il a commencé à être utilisé contre les forces d’occupation israéliennes le 7 octobre dernier. Plus de 1 108 véhicules israéliens ont été détruits et endommagés, dont 962 chars, 55 transports de troupes, 74 bulldozers, 3 excavatrices, et 14 jeeps, assurent-elles.

Ces brigades ont annoncé jeudi avoir visé un char israélien Merkava 4 avec un obus al-Yassin 105, à proximité du carrefour d’al-Sinaa dans la ville de Gaza, où ses combattants ont affronté une force israélienne, provoquant des morts et de blessés. Un tireur d’élite israélien, près du carrefour Tayaran, dans la ville de Gaza, a été éliminé.

De leur côté, les Brigades d’al-Qods, branche militaire du mouvement du Jihad islamique, ont fait état, vendredi, de violents affrontements avec des soldats et des véhicules ennemis à l’ouest de Khan Younes.  Ses combattants ont ciblé, hier jeudi, avec un missile guidé, une force israélienne retranchée dans un appartement résidentiel à proximité d’Al-Hawuz, une zone située à l’ouest de la vielle. Un obus Tandum a détruisant totalement un véhicule israélien.

Les Brigades Moudjahidines, branche militaire du Mouvement des Moudjahidines palestiniens, ont intensifié jeudi leurs bombardements contre les colonies israéliennes et les sites militaires, coïncidant avec le 24e anniversaire de leur création. Elles ont annoncé le bombardement de la ville occupée d’Ashdod avec un certain nombre de roquettes S40 et ont ciblé les colonies de Karmiya, Yad Markhai, Orhaner, Kfar Saad, Olumim, Be’eri et Nahal Oz dans la bande de Gaza. En outre, elles ont bombardé le quartier général de Tzalim et le site militaire israélien Soufa, à l’est de Rafah, au sud de la bande de Gaza, ainsi que les sites militaires Kissoufim et Amitai , dans le district sud de l’enveloppe de Gaza. Une vidéo immortalise le bombardement par leurs combattants du quartier général de la Division de Gaza de l’armée d’occupation, dans la colonie Raim, et du Premier Bataillon de la Brigade Sud de la Division de Gaza, qui se trouve sur le site militaire de Kissoufim. Elles ont annoncé avoir pris pour cible le site militaire israélien Yifthah, de la Brigade Nord de la Division de Gaza.

Les combattants se sont engagés dans de violents affrontements avec les forces israéliennes dans les zones occidentales de la ville de Gaza. Au sud-ouest et au sud-est de la ville, les brigades ont bombardé le quartier général de l’occupation dans la ville.

De leur côté, les Brigades de Résistance Nationale, branche militaire du Front Démocratique de Libération de la Palestine (FDLP), ont affirmé que leurs combattants étaient engagés dans des affrontements avec les forces d’occupation, et qu’un véhicule de l’armée israélienne a été visé par un obus RPG, à Batn al-Sameen et le quartier d’Amal, à Khan Younes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous