#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Les Marocains terrassés par l’inflation : L’art du déni chez A. Akhannouch

Previous slide
Next slide
La majorité gouvernementale est cohésive et homogène, et l’Exécutif dispose de ministres de niveau, a réaffirmé, samedi à Rabat, Aziz Akhannouch, président du Rassemblement national des indépendants (RNI) et chef du gouvernement. Pourtant, les Marocains ne se contentent plus de le prendre pour cible dans les réseaux sociaux, mais ils organisent aussi nombre de manifestations contre la cherté de la vie. Est-ce à dire que le patron de l’Exécutif fait dans le déni, voire l’arrogance ?
Les Marocains terrassés par l’inflation

« On n’est jamais mieux servi que par soi-même » dit l’adage dont A. Akhannouch en fait un sacerdoce. La preuve, lors du 5è Forum des élus du RNI de la région de Rabat-Salé-Kenitra, le chef de la majorité aux affaires s’est félicité des réalisations de son parti au sein de l’Exécutif, notant que « l’attractivité du parti est toujours présente, et son caractère raisonnable est toujours clair pour les citoyens », tout en rappelant que deux millions et cent personnes, exactement, ont voté pour le parti. Cette « finesse » dans l’arithmétique à laquelle s’accroche le chef du gouvernement est pourtant contrebalancée par les chiffres qui tombent à tous les coups par nombre d’organismes publics « indépendants » tels le Haut commissariat au plan (HCP) ou encore Bank al-Maghrib (BAM). L’inflation galopante qui légitime les protestations populaires est bien plus endogène qu’exogène, assure-t-on.

Si A. Akhannouch a indiqué que les première et deuxième années du mandat de son gouvernement « n’ont pas été faciles », il s’est appesanti en revanche sur l’image qu’il sublime de la solidité de l’alliance à trois qui dirige le pays, le RNI étant épaulé pour ce faire par le PAM et le PI.  « Nous avons un gouvernement avec une majorité homogène et des ministres de niveau », a-t-il soutenu. Mettant en relief « les problèmes du matin et du soir », dérivatif vers lequel les adversaires de l’actuelle majorité voulaient entrainer le gouvernement pour « ne pas faire attention à l’avenir », il a assuré que cela n’a en rien démonté le gouvernement. La preuve ?  « Nous réglons ces problèmes en affectant dix millions de dirhams pour soutenir l’agriculture, et nous n’avons pas perdu de vue le plus important, soit le secteur de la santé en ouvrant 1.500 cliniques qui répondent aux normes européennes », a précisé A. Akhannouch. Et d’ajouter que « l’enseignement primaire et supérieur font partie de nos priorités, et à travers cela nous pouvons changer la vie de l’étudiant. Il suffit juste de ne pas lui claquer la porte au nez dès sa première année. Il ne faut pas négliger non plus la charte de l’investissement ».

Selon le Boss du RNI, le Maroc progresse grâce à la confiance des citoyens mais aussi à la confiance du Roi. « Nous sommes satisfaits des projets que nous menons. Que nous restions au sein du gouvernement ou non, notre Roi restera ici et ces projets poursuivront leur développement, car ce sont des projets conçus en faveur des Marocains et dans l’intérêt de l’emploi », a-t-il indiqué.

A. Akhannouch s’est également félicité des réalisations de la ville de Rabat et de la présence de son parti dans la capitale. « Ils sont fortement présents dans les communes, et la maire de la ville fait également partie des RNIstes (…) Le niveau de Rabat est devenu international et ce grâce aux efforts de Sa Majesté et de ceux qui l’accompagnent, qu’il s’agisse du gouverneur ou du maire, et d’autres». Haranguant ses partisans, il n’a pas hésité à jouer la partition de l’autosatisfaction. « Vous avez des résultats positifs qu’il faut préserver (…) Nous sommes venus protéger le citoyen et satisfaire ses aspirations». Risible ? Les Marocains savent, eux, de quoi il retourne…

Recommandé pour vous