#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Le MEN tend la main aux syndicats : Le dialogue démarre sur fond de contestation des contractuels

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, a de la suite dans les idées. Après avoir reçu les cinq syndicats les plus représentatifs du secteur, à la mi-octobre, il a chapeauté, mardi, une deuxième réunion avec les syndicats à Rabat. Objectif, traiter les dossiers revendicatifs en suspens.

C. Benmoussa, s’est réuni, mardi, avec les secrétaires généraux des cinq syndicats les plus représentatifs du secteur de l’éducation. Il s’agit de l’Union marocaine du travail (UMT), du Syndicat national de l’enseignement (SNE/CDT), de la Fédération nationale de l’enseignement (FNE), de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), et de la Fédération démocratique du travail (FDT).
Lors de cette réunion, les syndicats et le ministre se sont mis d’accord sur la méthodologie de travail à suivre pour traiter des dossiers revendicatifs mis sur la table, avec la poursuite du dialogue, lors d’un round prévu mardi prochain.
Pour avancer vite, un comité mixte comprenant un représentant de chaque syndicat et du ministère doit être mis en place, ce vendredi, pour établir un programme de travail pour le prochain round.
C. Benmoussa a indiqué que cette première rencontre, qui intervient après une précédente prise de contact, inaugure une série de rencontres avec l’ensemble des syndicats disposant d’une représentation dans le secteur, dans le but de « parvenir à une feuille de route commune et réaliser l’objectif d’une renaissance éducative s’articulant autour de la qualité de l’enseignement et d’une gouvernance rationnelle ». Les corps de l’enseignement et de l’éducation sont les principaux acteurs du secteur et, partant, il est tout à fait naturel d’engager le dialogue avec leurs représentants sur les conditions professionnelles et matérielles, a précisé le ministre dans une déclaration à la presse. Aux yeux du ministre, le dialogue régulier « va aider à dégager des réponses communes » aux problématiques posées et « contribuer à instaurer un climat de quiétude et sain afin d’atteindre les objectifs des réformes ».
Pour rappel, à l’heure où la réunion se tenait, un sit-in était organisé devant le siège du ministère à Rabat, la coordination des enseignants de la « cellule 10 » et la coordination des enseignants hors échelles, ayant choisi ainsi de se rappeler au souvenir des interlocuteurs. Casablanca devait suivre avec un autre sit-in organisé par les enseignants contractuels qui exigent, entre autres, l’intégration dans la fonction publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous