#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Nouvelle politique saharienne de Madrid : Le PP veut faire auditionner P. Sanchez

Le Parti Populaire, première force de l’opposition au Parlement, ne lâche rien face à l’Exécutif dirigé par le socialiste Pedro Sanchez. Et exige sa comparution à la Chambre des représentants pour qu’il «rende compte des questions abordées lors de sa visite au Maroc», a écrit mardi 12 avril sur Twitter Cuca Gamarra nouvelle secrétaire générale du PP.

C. Gamarra a estimé que «le virage pris par Sanchez sur la politique étrangère, sans le soutien du Parlement, a déjà eu de graves conséquences sur nos relations avec l’Algérie». Une allusion de sa part à l’accord conclu, lundi, entre Alger et Rome, portant sur l’augmentation jusqu’à 40% des exportations du gaz algérien vers l’Italie, soit 30 000 m3 contre seulement 10 000 m3 destinés à l’Espagne via le Medgaz. Avant la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui passe via le Maroc, le voisin du nord bénéficiait de 30 000 m3 de ce produit.

La requête de C. Gamarra intervient alors que Elías Bendodo, nouveau coordinateur général du PP, a exhorté lundi le gouvernement à expliquer à l’opinion publique les «passages écrits en petits caractères dans la déclaration conjointe» que l’Espagne et le Maroc ont publiée, jeudi 7 avril, au terme des entretiens entre le roi Mohammed VI et P. Sanchez.

Pour rappel, le Parti Populaire avait déjà alerté, l’année dernière, lors de l’éclatement de l’affaire Brahim Ghali, quant aux répercussions que cela risquait d’avoir sur les relations entre Madrid et Rabat. De hauts cadres du PP, dont Pablo Casado, ancien président de la formation, avaient tiré la sonnette d’alarme.

Le changement de cap observé dans la politique de Madrid dans le dossier saharien avait poussé l’Algérie à rappeler son ambassadeur de Madrid et à jouer la partition du gaz comme moyen de pression. Alors que le mouvement séparatiste du Polisario a, lui aussi, décidé de geler ses contacts avec Madrid. Pour l’Exécutif espagnol, l’Algérie est toujours considérée comme un voisin avec lequel des relations stratégiques sont nécessaires à nouer. Les responsables ibériques qui y croient n’hésitent pas à assurer le Polisario de leur pleine disposition à maintenir les ponts du dialogue jetés…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous