#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

L’Ukraine dans la rhétorique otanienne : Guerre d’usure et soutien de dissuasion

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, a exprimé sa conviction que « l’opération militaire russe en Ukraine se terminera à la table des négociations », et que Moscou est « la cause de la crise des exportations de céréales, et non des sanctions imposées à la Russie ».

J. Stoltenberg a déclaré, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, après avoir rencontré le président américain Joe Biden, que « les guerres, de par leur nature, sont imprévisibles. Par conséquent, nous devons simplement nous préparer à une guerre prolongée », ajoutant que « la guerre prendra fin sur la table des négociations, et nous devons aider les Ukrainiens à avoir une meilleure position de négociation. »

Il a poursuivi que « les États-Unis sont le fer de lance de nos efforts pour soutenir l’Ukraine, et nous devons nous préparer à la prolongation de la guerre en Ukraine, qui s’est transformée en une guerre d’usure », notant que « les Ukrainiens paient un lourd tribut  pour défendre leur pays sur le champ de bataille, mais la Russie subit également de grandes pertes. »

Concernant la crise céréalière et alimentaire, qui menace le monde aujourd’hui, Stoltenberg a estimé que « le problème de l’exportation de céréales d’Ukraine n’a pas été causé par les sanctions, mais par la guerre de Poutine. Par conséquent, le moyen le plus simple de réduire les prix des denrées alimentaires est de stopper la guerre.»

Pour ce qui est de la « marge de souveraineté ukrainienne » sur la décision de guerre et de paix, il a déclaré que « l’Ukraine est celle qui prend la décision concernant les négociations et l’étendue de ses préparations », notant que « les États-Unis  fournissent un soutien militaire sans précédent à l’Ukraine, ce qui fait la différence dans les batailles, et nous devons maintenir ce soutien. » Le secrétaire général de l’Alliance a souligné qu’« il ne veut pas aggraver le conflit pour qu’il ne se transforme pas en un conflit entre l’OTAN et la Russie », soulignant que « notre soutien à l’Ukraine ne signifie pas que nous faisons partie du conflit , et notre déploiement de forces supplémentaires sur le front est un acte dissuasif et non provocateur. »

Quant à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, J. Stoltenberg a déclaré communiquer « étroitement avec la Turquie, la Finlande et la Suède concernant les préoccupations d’Ankara concernant leur adhésion ». Et il a souligné, après avoir rencontré le président US, que « la Turquie a fait part de ses préoccupations, et nous discutons avec elle, et nous communiquons étroitement avec la Finlande et la Suède, et nous tiendrons une réunion conjointe avec les trois parties ». Il a ajouté que « lorsqu’un allié, comme la Turquie, fait part de ses inquiétudes, nous devons faire ce que nous faisons toujours, c’est-à-dire nous asseoir ensemble et répondre à ces inquiétudes, puis trouver une voie unifiée », indiquant que « la Turquie est un allié important, et il contribue à la sécurité de l’alliance de multiples manières. Son importance géographique est due à sa proximité avec la Russie, et au fait qu’elle surplombe la mer Noire ».

Tout en renouvelant sa confiance dans les dirigeants ukrainiens, il a conclu que « c’est à eux de prendre des décisions difficiles, et ce n’est pas à nous de définir ce que l’Ukraine doit accepter ou non, mais nous soutenons son droit à se défendre ».

Recommandé pour vous