#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Exploration du gaz au large du Liban : Le Hezbollah met en garde Israël…

A l’issue du séjour à Beyrouth de l’américano-israélien chargé du règlement du litige maritime libano-israélien où il a fait la nouba des responsables, le secrétaire général du Hezbollah a adressé un ferme avertissement à l’entité sioniste. La résistance ne permettra aucune prospection des hydrocarbures dans la zone maritime contestée entre le Liban et la Palestine occupée, avant un accord avec l’Etat libanais. Toutes les capacités seront mobilisées le cas échéant pour dissuader Israël de servir ses desseins gaziers.

« Si l’ennemi croit qu’il peut agir à sa guise dans la zone litigieuse, avant de régler le litige, il se trompe…. Je ne veux pas lancer de positions maintenant. Mais si la résistance trouve que le gaz et le pétrole libanais sont en danger, même dans la zone litigieuse, elle agira et elle est capable d’agir », a averti Hassan Nasrallah dans un discours prononcé vendredi, à l’occasion de la célébration de la naissance du messager de l’islam Mohamad.
Son avertissement intervient après les informations médiatiques israéliennes selon lesquelles une compagnie serait chargée des activités de prospection dans la zone maritime réclamée par le Liban.
Il a indiqué que le Hezbollah ne s’ingèrera pas dans les tractations en cours sur la démarcation des frontières maritimes qui ont connu ces derniers jours un nouvel élan avec l’arrivée au Liban de l’émissaire américain de nationalité israélienne Amos Holchtein pour en discuter avec les responsables libanais.
Retransmise par la télévision al-Manar, l’intervention du leader du Hezbollah a surtout mis l’accent sur la notion responsabilité inculquée aux Musulmans, dans leurs relations entre eux, surtout en faveur des plus défavorisés. Il a appelé les musulmans d’aujourd’hui à l’appliquer avec le peuple palestinien qui est l’emblème d’après lui du peuple supplicié et opprimé par l’occupation israélienne. Les invitant à utiliser tous les moyens pour soutenir ses droits, en assurant que c’est un devoir commun. Il a aussi appelé à se solidariser avec le peuple yéménite dont les manifestations massives revendiquent la fin de la guerre et de l’embargo.
H. Nasrallah a exigé de se désolidariser de Daech, pure création américaine, qu’il a violemment critiqué pour le double mal causé, aussi bien contre les Musulmans que contre l’Islam et le prophète Mohamad « en égorgeant les fidèles dans les mosquées et les églises » en son nom.
L’unité islamique a fait partie des sujets qu’il a abordés, du fait de son lien avec la célébration. « Lorsque les musulmans s’unissent, ils sont certainement victorieux », a-t-il clamé. « C’est la raison pour laquelle les Etats-Unis et l’entité sioniste font tout pour les diviser et attiser les moindres divergences entre eux », a-t-il ajouté.
Le Hezbollah à Valdaï
Si le Hezbollah est diabolisé en Occident, comme au niveau d’une partie de la sphère arabe, tel ne semble être le cas en Russie. En effet, Vladimir Poutine a affirmé que « le Hezbollah est une grande force politique au Liban », soulignant « l’importance de résoudre les différends par le dialogue sans effusion de sang », en allusion au massacre de Tayyouné commis par les milices des Forces Libanaises.
A la faveur d’un discours au Club Valdaï à Sotchi le 21 octobre, regroupant près de 300 participants russes et étrangers issus du monde académique, de la politique et des médias, le chef du Kremlin est revenu sur « la catastrophe de l’explosion du port de Beyrouth ». « Je voudrais exprimer une fois de plus mes condoléances au peuple libanais, car il y avait un grand nombre de morts et d’énormes dégâts », a rappelé V. Poutine. « Les médias ont rapporté qu’une cargaison de nitrate d’ammonium a été acheminée au port depuis plusieurs années, mais malheureusement les autorités n’ont pas traité ce sujet. Elles voulaient, comme j’ai compris, vendre la cargaison de manière rentable… C’est ce qu’a tout d’abord entraîné la catastrophe, à mon avis », a-t-il lancé. « S’agissant de l’aide à l’enquête, je ne comprends pas franchement en quoi des images satellites peuvent aider si nous les possédons, mais je promets d’étudier cette question et si nous pouvons aider à l’enquête, nous n’hésiterons pas », a-t-il assuré.
« En ce qui concerne le Hezbollah, l’Iran et la situation au Liban, il existe différentes positions adoptées par les pays vis-à-vis du Hezbollah, qui représente une grande force politique au Liban, mais nous appelons sans doute toujours, y compris le Liban, à résoudre tous les différends par le dialogue », a insisté le président russe. «Nous sommes en contact avec presque tous les partis politiques au Liban, et nous continuerons à le faire afin de parvenir à un règlement sans effusion de sang, qui n’est dans l’intérêt de personne. D’autant plus que la situation au Moyen-Orient est tendue ces derniers temps, mais bien sûr nous ferons tout notre possible pour convaincre toutes les parties libanaises de la nécessité d’agir avec logique afin de parvenir à un accord », a-t-il conclu en répondant à une question sur le Hezbollah.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous