Logo Perspectives med

Ankara s’ouvre au Caire : Le poids de la Realpolitik agit…

Entre le Caire et Ankara le dossier litigieux des « Frères musulmans » semble avoir été plié. Fuad Oktay, vice-président turc, a annoncé que « la normalisation des relations avec l’Egypte se poursuit, dans le cadre de la politique étrangère de la Turquie qui consiste à donner la priorité à la coopération régionale », selon ses termes.
Ankara s’ouvre au Caire

F. Oktay a souligné que « la normalisation des relations avec l’Egypte se poursuit dans le cadre de la volonté commune des deux parties, des intérêts respectifs et du respect mutuel ». Le responsable turc a déclaré, dans un discours devant la commission du budget du Parlement turc, que « les récents changements géopolitiques au Moyen-Orient se sont également reflétés dans les approches des pays de la région ». A ses yeux, « la position turque attache une importance à la coopération régionale afin d’aboutir à l’ouverture d’une nouvelle ère de relations bilatérales avec les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et Israël ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a serré la main de son homologue égyptien, Abdel Fattah El-Sissi, en marge de leur présence à la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde à Doha, dimanche dernier. Une rencontre d’une demi-heure, voire un peu plus, aura réuni les deux hommes, a laissé entendre le chef de l’Etat turc aux médias.  Il a ajouté que la poignée de main qui a eu lieu entre lui et Sissi au Qatar « était un premier pas vers une normalisation plus poussée des relations entre les deux pays ».

R.T. Erdogan a déclaré, avant de revenir du sommet du G-20 en Indonésie, qu’« il est possible de reconsidérer les relations avec la Syrie et l’Egypte après les élections auxquelles la Turquie assistera en juin de l’année prochaine ».

À son tour, la présidence égyptienne a déclaré que « les deux parties avaient convenu que ce serait le début du développement des relations bilatérales ».

Il convient de noter que l’Égypte et la Turquie ont tenu quelques rounds officiels afin de reprendre des relations normales entre eux, après des années de tension, mais ces discussions n’ont pas encore abouti à une résolution des points de désaccord concernant un certain nombre de dossiers liés à la Méditerranée, à la crise libyenne, et autres.

Recommandé pour vous