#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

New Delhi abrite la Conférence de Shanghai : Téhéran y fait son entrée…

Previous slide
Next slide
L’Inde préside mardi, de manière virtuelle, le sommet des chefs d’État de l’organisation de la conférence de Shanghai, groupe régional basé en Chine, et qui réunit les pays d’Asie centrale et du sud. La présence de l’Inde dans un tel groupe comptant la Chine et la Russie surprend au moment où New Delhi se rapproche aussi de l’Occident.
New Delhi abrite la Conférence de Shanghai

Il y a deux semaines, le Premier ministre indien était en visite d’Etat à Washington pour conclure en fanfares le transfert de technologies militaires entre les deux pays. Dans 15 jours, c’est avec la France qu’il célèbrera, à Paris, leur partenariat stratégique. Et entre les deux, Narendra Modi préside l’organisation de la Conférence de Shanghai, orientée sur la coopération avec Pékin et Moscou.

Un grand écart qu’explique Rajesh Rajagopalan, professeur de politique internationale à l’université Jawarhalal Nehru de New Delhi, en assurant que « l’Inde veut être l’alliée formelle de personne, mais veut des partenariats avec tout le monde : que ce soit l’Occident, la Russie, le Sud global, et elle aimerait même un partenariat avec la Chine, s’il n’y avait pas des problèmes frontaliers. »

L’Inde renouvelle ainsi sa politique de non-alignement menée pendant la guerre froide, appelée aujourd’hui la diplomatie multipolaire par New Delhi. Mais ce jeu d’équilibrisme peut être périlleux. « Le problème est que l’Inde hésite à devenir un partenaire sécuritaire, pour éviter toute offensive envers la Chine. Or, si la Chine attaque Taïwan, l’Inde risque de ne pas être prête à soutenir ses alliés occidentaux, et cela peut les décevoir. » Cette année, l’Iran, autre adversaire de l’Occident, rejoindra cette organisation de Shangai.

Selon le chef de la diplomatie iranienne, l’Iran va devenir membre à part entière de l’Organisation de Shanghai à partir du 4 juillet 2023. Téhéran tourne ainsi le dos à l’Occident en renforçant sa coopération avec les pays asiatiques.

L’Organisation de Shanghai réunit la Russie, la Chine, les pays d’Asie centrale, mais aussi le Pakistan et l’Inde.

Pour Téhéran, il s’agit de réduire son isolement international alors que les pays occidentaux multiplient les sanctions contre le pouvoir. Téhéran a renforcé sa coopération économique et militaire avec la Russie en fournissant à Moscou des drones d’attaques utilisées en Ukraine. La Chine est également le premier partenaire économique et commercial de l’Iran.

Téhéran a également décidé d’intégrer l’organisation de coopération des BRICS, laquelle réunit la Russie, la Chine, mais aussi le Brésil et l’Afrique du Sud. Une organisation qui cherche à mettre fin à la domination des États-Unis et des pays occidentaux dans les relations économiques internationales.

Recommandé pour vous