#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Sous le feu des Palestiniens, l’armée sioniste se retire de Jabalia : Pour concentrer ses efforts sur l’offensive contre Rafah

Alors que la Cour internationale de Justice (CIJ) est pressée par Pretoria de décider de l’arrêt de la guerre génocidaire à Gaza, Benyamin Netanyahou assure, lui, que l’intervention militaire dans le sud de Gaza « décide de beaucoup de choses dans cette campagne », en empêchant notamment les groupes armés palestiniens de se reposer et de se ravitailler.
Sous le feu des Palestiniens, l’armée sioniste se retire de Jabalia : Pour concentrer ses efforts sur l’offensive contre Rafah

« La bataille de Rafah est critique », a déclaré le Premier ministre israélien qui rendait visite à des soldats sur la base de Bnei Netzer. En dépit de cela, il persiste à faire la sourde oreille aux appels pressants à la fin des hostilités. Même les anciens hauts gradés israéliens jugent actuellement que l’actuel bain de sang doit s’arrêter pour permettre la reconstitution des forces israéliennes, durement éprouvées par une guerre d’usure, et la reconstruction économique. Constat que nombre de dirigeants de l’appareil militaire, comme sécuritaire, partagent.

“Tout assaut sur Rafah est inacceptable. Cela infligerait un surcroît de misère quand nous avons besoin d’une hausse de l’aide humanitaire”, affirme au contraire António Guterres, secrétaire général de l’ONU. Al-Jazeera, chaine qatarie, rappelle qu’un million de civils vivent dans la zone. Le ministère de la Santé à Gaza a souligné, vendredi, que les forces d’occupation ont commis 4 massacres dans la bande de Gaza. 31 martyrs et 56 blessés sont arrivés dans les hôpitaux au cours des dernières 24 heures. Dans son nouveau bilan, la même source a chiffré à 35 303 le nombre des martyrs tombés sous les bombes de l’entité sioniste, bilan alourdi par ailleurs par les 79 261 blessés recensés depuis le 7 octobre. En milieu d’après-midi, plusieurs blessés ont été signalés après le bombardement israélien visant le camp de Chaboura au centre de Rafah. L’UNRWA a signalé que plus de 630 000 Palestiniens ont été contraints de fuir Rafah depuis le début de l’offensive israélienne contre cette ville. Les Brigades Al-Qassam, bras armé du Hamas, ont ciblé les forces d’occupation stationnées à l’intérieur du point de passage de Rafah, avec des obus de mortier.

Le bureau gouvernemental à Gaza a signalé que des milliers de Palestiniens à Bet Hanoun n’ont pas reçu de nourriture ou d’eau depuis le début de l’offensive israélienne contre Jabalia. Là où les forces d’occupation continuent de faire sauter des quartiers résidentiels au nord-est du camp de Jabalia et à essuyer les foudres de la résistance palestinienne. Les Brigades Al-Qods, bras armé du Jihad Islamique, ont visé un tireur d’élite sioniste dans le camp de Jabalia, au nord de la bande de Gaza, et affirment qu’il a été touché directement.

Le porte-parole de l’armée d’occupation israélienne a signalé qu’un combattant du 9227e bataillon, 460e brigade, a été grièvement blessé ce matin lors d’une bataille au nord de la bande de Gaza, alors que des médias israéliens assuraient qu’un hélicoptère de l’armée israélienne a atterri à l’hôpital Beilinson. Plus, les sirènes ont retenti dans le nord de la bande de Gaza, confirmant le tir de roquettes sur les colonies de l’enveloppe de Gaza.

Si les Américains ont assuré qu’un premier chargement d’aide a été débarqué par la jetée provisoire réalisée par l’armée US, effort minoré par les diverses ONG en activité dans l’enclave palestinienne qui privilégient plus le transit terrestre via les points de passage, aujourd’hui fermées, il y a lieu de relever qu’un nouveau camion attaqué par des colons car soupçonné de transporter de l’aide pour Gaza. La situation humanitaire est grave dans cette petite portion du territoire palestinien où la majorité des puits ont été obstrués, s’ils n’ont pas été volontairement pollués par les forces d’occupation.

De guerre lasse, la Ligue arabe n’a pas trouvé de mieux que de proposer officiellement le déploiement de Casques bleus à Gaza ainsi qu’en Cisjordanie en attendant d’aboutir à une solution à deux États. La réponse du Hamas ne s’est pas fait attendre. Ainsi, Khalil Al-Hayya, vice-président du Hamas dans la bande de Gaza, a affirmé dans une interview accordée à la télévision Al-Manar que la résistance palestinienne poursuivra son combat avec le soutien des fronts de résistance jusqu’à l’obtention de la victoire dans la bande de Gaza et l’arrêt de la guerre contre le peuple palestinien. Il a remercié les groupes de résistance dans la région (Liban, Yémen, Iran, Irak) pour les opérations propalestiniennes qu’ils ont menées contre les cibles israéliennes. « Nous poursuivrons le combat avec le soutien des fronts de résistance jusqu’à l’obtention de la victoire », a-t-il assuré.

K. Al-Hayya a également souligné que « les Américains et les Israéliens sont partenaires dans la guerre, mais ils ne sont pas d’accord sur la manière de tuer le peuple palestinien ». Le responsable du Hamas a en outre mis en relief l’échec du régime israélien à atteindre ses objectifs de guerre, notamment celui de vaincre la résistance. « Après huit mois d’agression, l’ennemi n’a pas réussi à éradiquer la Résistance à Gaza malgré toutes les actions de l’armée du régime usurpateur sioniste », a-t-il déclaré. « La Résistance s’est reconstruite et peut adapter ses capacités au type d’attaques des occupants », a-t-il encore précisé tout en assurant que « la résistance est capable d’endurer [le combat] plusieurs mois et elle continuera à défendre son peuple aussi longtemps que la bataille se poursuivra. La Résistance a la capacité de continuer parce qu’elle a raison et, la victoire est notre alliée et, l’ennemi se retrouvera définitivement devant sa défaite. »

K. Al-Hayya a par ailleurs rappelé les exigences du mouvement, affirmant que tout accord de trêve potentiel devait exiger une cessation complète et globale de l’agression israélienne, le retrait de toutes les forces israéliennes de Gaza, ainsi qu’un accord d’échange de prisonniers. Il a dans ce contexte indiqué que « les bombardements israéliens contre Gaza se sont soldés par la mort de 70% des captifs sionistes détenus par le Hamas », depuis l’opération appelée Déluge d’Al-Aqsa menée le 7 octobre 2023. « L’ennemi sioniste veut récupérer les captifs restants par la force, les tuant sous ses propres bombes », a-t-il dit. Le Hamas a récemment accepté une autre proposition de trêve permettant la cessation de l’agression israélienne et la libération du reste des captifs. Le régime israélien a cependant rejeté la proposition. Le responsable du Hamas a déclaré que « la dernière proposition qui nous a été présentée a été très proche de nos exigences, mais l’ennemi n’a pris en compte ni la proposition ni les médiations. »

Soutien US à Tel-Aviv

De l’autre côté de l’Atlantique, la Chambre américaine des Représentants a adopté un projet de loi obligeant Joe Biden à envoyer des armes à Israël. Le réseau américain ABC News a rapporté que « la Chambre des Représentants a approuvé à l’unanimité un projet de loi dirigé par les Républicains qui obligerait Biden à envoyer des livraisons d’armes à Israël ». Cette mesure constitue le point culminant des répercussions politiques résultant de la récente décision de J. Biden de reporter l’envoi de bombes à Israël.

Les Républicains ont profité de ces démarches pour attaquer le locataire de la Maison Blanche, l’accusant de trahir Israël en raison de pressions politiques. Ken Calvert, membre républicain de la Chambre des représentants, a proposé le projet de loi, qui devrait accélérer le flux des livraisons d’armes vers Israël. Selon les médias israéliens, Yoav Gallant, ministre israélien de la Défense compte dépêcher des forces supplémentaires pour l’offensive terrestre à Rafah. Il a aussi évoqué une intensification des opérations et la destruction de tunnels. Le quotidien Maariv a rapporté pour sa part que l’armée israélienne s’apprête à approfondir son opération militaire à Rafah indiquant que la brigade 89 des commandos a déjà été introduite à l’est, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Les dernières nouvelles du front de Jabalia font état d’un retrait israélien alors que les résistants palestiniens continuent leur traque des militaires israéliens, de leurs véhicules et des bâtiments ou ils sont retranchés.  Dans la seule journée de jeudi, les Brigades al-Qassam ont signalé avoir ciblé 7 chars Merkava et 4 bulldozers militaires à l’aide d’engins piégés et d’obus anti blindés. Et il faut souligner que ce qui se passe à Jabaliya est aussi reproduit par la résistance palestinienne, toutes composantes confondues à Rafah, front sud, où l’offensive terrestre sioniste dure depuis plus de 10 jours…

Recommandé pour vous