#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

N. Modi au Caire : Indiens et Egyptiens envisagent un large éventail de coopération

Previous slide
Next slide
De retour de Washington, le dirigeant indien Narendra Modi a fait escale en Égypte où il a rencontré, dimanche, le président Abdel Fattah al-Sissi. Les enjeux sont importants pour les deux pays. L’Inde veut renforcer ses exportations en Afrique du Nord pendant que l’Égypte cherche à intégrer le groupe Brics des pays en développement.
Indiens et Egyptiens envisagent un large éventail de coopération

N. Modi a atterri samedi au Caire pour une nouvelle visite d’État. Voilà vingt-sept ans qu’un Premier ministre indien ne s’y était pas rendu. Au programme : rencontre avec la diaspora indienne, le grand mufti d’Égypte à la mosquée historique Al-Hakim, le Premier ministre et le président al-Sissi.

Très proches à l’époque du mouvement des non-alignés, de Nehru et de Nasser, l’Inde et l’Égypte veulent relancer leurs relations commerciales et diplomatiques. Cette visite intervient après celle d’al-Sissi en Inde, lors de la fête nationale, en janvier.

Côté égyptien, on espère notamment le soutien de l’Inde afin de rejoindre le club économique des Brics qui rassemble le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. L’Inde pourrait soutenir cette candidature, inquiète de celle du Pakistan, son ennemi juré soutenu par la Chine.

L’Inde veut renforcer sa présence en Égypte, première économie d’Afrique du Nord, notamment dans les secteurs des infrastructures, de l’énergie ou de l’agroalimentaire. Depuis la guerre en Ukraine, l’Inde est devenue un fournisseur de blé pour l’Égypte.

D’ailleurs, la diplomatie indienne a annoncé avoir signé un accord avec le Caire sur la réalisation de projets conjoints dans plusieurs domaines, y compris dans l’industrie de défense. Ce document annonce le début d’un partenariat stratégique entre l’Egypte et l’Inde, qui portera également sur d’autres domaines.

L’Égypte et l’Inde ont souhaité mettre en œuvre de projets communs et approfondir leurs relations dans l’industrie de défense, a rapporté le ministère des indien Affaires extérieures, suite à une réunion entre le Premier ministre indien, Narendra Modi et le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi au Caire. « Un accord visant à élever la relation bilatérale en un ‘partenariat stratégique’ a été signé par les dirigeants », indique le ministère.

Le document, dont un extrait a été partagé par la chaîne de télévision égyptienne Extra News, indique l’intention des parties d’augmenter le nombre d’exercices militaires conjoints et d’améliorer le potentiel technologique de leurs industries militaires.

N.Modi et al-Sissi se sont penchés sur les moyens d’intensifier les liens entre les deux pays dans le secteur énergétique, les énergies renouvelables et la culture.

Selon le communiqué du ministère, trois protocoles d’accord dans les domaines de l’agriculture, de l’archéologie et des antiquités et du droit de la concurrence ont également été signés.

Les deux pays ont exprimé leur préoccupation commune face à « la propagation du terrorisme dans toutes les régions du monde » et se sont engagées à « éviter toute réconciliation avec le terrorisme et ceux qui le soutiennent et à lutter contre l’idéologie extrémiste ».

Ils ont également convenu de renforcer les liens entre les conseils de sécurité nationale des deux États.

Le Caire et New Delhi ont aussi convenu d’augmenter leur partenariat dans le commerce mutuel de produits stratégiques, à la production de médicaments et de vaccins, et de partager les résultats de la recherche dans le domaine des technologies de l’information.

Le document souligne l’intérêt de l’Égypte à tirer parti de l’expérience de l’Inde en matière de fabrication et de lancement de satellites et à renforcer la coopération dans le domaine de la haute technologie numérique et des communications.

Il met également l’accent sur l’accord entre l’Égypte et l’Inde sur « la nécessité d’apporter de vastes changements au Conseil de sécurité des Nations unies » et sur « la coopération mutuelle pour l’élection de l’une des parties en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Recommandé pour vous