#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Le rayon des opérations du Hezbollah s’élargit : Israël à l’affût…

Previous slide
Next slide
Le Hezbollah a intensifié, mercredi, les tirs des missiles lourds sur les colonies israéliennes du nord. Depuis le sud du Liban, les Brigades Al-Qassam ont aussi tiré des salves de missiles sur la partie nord de la Palestine occupée. Des hélicoptères ont assuré le transfert des blessés vers des hôpitaux, ont indiqué des médias israéliens.
Le rayon des opérations du Hezbollah s’élargit : Israël à l’affût…

Les médias israéliens ont fait état de la chute de 14 missiles en provenance du Liban sur la colonie de Kiryat Chmona. Des dégâts matériels ont été causés par les tirs de missiles sur Kiryat Chmona, a en outre indiqué la police d’occupation israélienne. Un bâtiment y a été également endommagé  par un missile.

Les médias israéliens ont en outre rapporté qu’un hélicoptère appartenant à l’unité de sauvetage 669 a atterri dans le doigt de Galilée. Plusieurs blessés ont été évacués vers l’hôpital de Rambam à Haïfa.

Et puis, à propos de l’abattage du drone israélien de type Hermes 450 par le Hezbollah, les médias israéliens ont appelé l’armée de l’air et le ministère de la Sécurité à ne pas prendre cet acte à la légère. Et d’ajouter : « les ennemis d’Israël apprennent vite ». Ce gros drone abattu, lundi 26 février, au-dessus de la région d’Iqlim al-Touffah, est estimé à 2 millions de dollars pièce.

Le Hezbollah a affirmé que « la Résistance n’a utilisé, jusqu’à présent, que 5% de ses capacités anti-blindés, et a été capable de s’adapter à toute variable à laquelle l’ennemi pourrait recourir grâce à sa grande connaissance du terrain ». Dans un épisode spécial diffusé sur la chaîne libanaise Al-Mayadeen, Hajj Jihad, l’un des officiers des « Armes anti-blindées », a révélé que dans toute guerre globale, « l’ennemi doit s’attendre à un flot d’armes anti-blindées spécialisées, et il ne pourra retirer ses soldats vivants du terrain ». Il a révélé que le premier ciblage de la base aérienne de Meron « était un message selon lequel la Résistance est capable de détruire cette base aérienne ».

A rappeler que les Brigades Al-Qassam ont rejoint les combattants du Hezbollah en bombardant, depuis le sud du Liban, le quartier général de la 769e Brigade de l’Est, le Camp Ghaybour  et la caserne de l’aéroport de Beit Hilal, dans le nord de la Palestine occupée. Al-Qassam a affirmé que son « attaque sur Beit Hillel avait été menée avec deux salves de missiles composés de 40 missiles Grad » et  « constitue une réponse aux massacres contre les civils à Gaza et à l’assassinat des dirigeants martyrs et de leurs frères dans la banlieue sud de Beyrouth ».

Le 2 janvier, des missiles tirés depuis des chasseurs israéliens ont assassiné Saleh Al-Arouri, le chef adjoint du Bureau politique du Hamas, en réunion dans un bâtiment dans la banlieue sud de Beyrouth. Cette agression a entraîné le martyre de 6 autres dirigeants et cadres du Hamas. Quelques jours après, Al-Qassam a riposté en bombardant la caserne israélienne Lehman, en Galilée occidentale, au nord de la Palestine occupée, avec 20 missiles lancés depuis le sud du Liban.

Pour sa part, la Résistance islamique au Liban a mené deux opérations en riposte à l’assassinat d’Al-Arouri, ciblant notamment le quartier général du commandement de la région nord de l’armée d’occupation israélienne dans la ville occupée de Safed, c’est-à-dire la base Dado, et la base de contrôle aérien  Méron.

Les opérations de la résistance libanaise ont connu une évolution qualitative et quantitative. En 2 jours, lundi et mardi, elle a frappé 2 centres de commandement israéliens, pour la première fois, en plus d’une base aérienne. Tous les trois sont loin de la frontière. Dans l’un des centres se trouvait le chef d’état-major de l’armée d’occupation israélienne, Herzi Halevi.  15 autres positions frontalières ont aussi été visées. Selon les médias israéliens, une centaine de projectiles ont été tirés depuis le Liban en 24 heures.

L’opération la plus importante est sans doute celle qui a frappé pour la première fois la base de Nafah, à 16 km de la frontière libanaise, lundi 26 février, en riposte à l’attaque contre la périphérie de la ville de Baalbek, à l’est du Liban. La Résistance libanaise y a visé le centre de commandement de la Division du Golan,  à l’aide de 60 roquettes Katiouchas

Le Hezbollah a indiqué que la base comprend le quartier général de la 210e division régionale (Golan), le quartier général de la 474e brigade régionale, la clinique de la 474e brigade régionale, le camp d’Oz, le quartier général du 77e bataillon blindé et un niveau de direction du 209e du Régiment d’artillerie. Il a ajouté qu’elle comprend des formations terrestres de forces entraînées dans les camps du Golan, ainsi qu’un quartier général de commandement divisionnaire avancé en cas d’urgence et un commandement avancé pour les formations opérant en direction de la Syrie. Elle compte aussi une station de commandement et de communication tactique, Avik Rahav et Itax, en plus d’un opérateur de maintenance avancé 754 pour l’unité d’armement régionale du Nord pour la maintenance des véhicules blindés.

L’autre centre de commandement frappé est celui de Ga’aton, à 9 km de la frontière avec le Liban qui est occupé par la Division 146 de l’armée israélienne. Il a été pris pour cible mardi, « à l’aide de plusieurs dizaines de Katiouchas », selon le communiqué de la résistance.

La chaine de télévision israélienne KAN a révélé que l’attaque a eu lieu pendant la visite du chef d’état-major de l’armée israélienne là-bas. Ce centre de commandement a été activé suite à la hausse des opérations militaires après l’opération du Hamas dans l’enveloppe de Gaza, Déluge d’al-Aqsa, le 7 octobre dernier. Elle précise aussi que la division 146 a la charge de 5 brigades et d’un régiment : la brigade de l’infanterie, la brigade des blindés, la brigade des parachutistes et le régiment de l’artillerie.

Quant aux formations qui lui sont affiliées, elles comptent le commandement des opérations, le commandement des communications, le commandement des renseignements et les formations chargées de la protection. Sa mission consiste aussi, toujours selon la vidéo de la résistance, à administrer l’effort de défense dans les affrontements en cours dans le secteur occidental du font nord avec le Liban.

Par ailleurs, la base de contrôle aérien frappée par la résistance libanaise est celle Méron. Elle avait été visée plusieurs fois auparavant. Lundi, deux frappes distinctes l’ont ciblée.

Entre les deux frappes, deux positions dans les hameaux de Chebaa occupés, Rweisat al-Alam et al-Ramtha, dans le secteur oriental, ont été ciblées avant que des tirs ne ciblent un attroupement de militaires israéliens sur la colline al-Tayhate, dans le même secteur; outre une frappe contre la position al-Marej. Lundi, en plus de l’opération de Nafah, 10 opérations ont été réalisées: 7 dans le secteur orientale et 3 dans le secteur occidental.

Concernant les agressions israéliennes contre le Liban, les correspondants au sud du Liban ont rendu compte de raids israéliens contre les périphéries des localités de Jibchite, al-Haniyah, al-Mansouri et Majdal Zoun , al-Baysariyah et Aïta al-Chaab.

Recommandé pour vous