#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Le PJD accepte la mise au point royale : Et assume son opposition à la normalisation avec Israël

Après une période de silence à laquelle se sont conformés les partisans d’Abdelilah Benkirane, le secrétariat général du PJD a tenu, mardi, une réunion extraordinaire consacrée à l’examen du communiqué du cabinet royal du lundi 13 mars. La formation islamiste qui a clarifié sa position dans un communiqué sanctionnant ladite réunion vis-à-vis de la monarchie n’en assume pas moins son opposition à la normalisation avec Israël.
Le PJD accepte la mise au point royale et assume son opposition à la normalisation avec Israël

Les partisans du PJD ont réitéré leur profond respect au roi Mohammed VI, tout en relevant que leur formation « accepte, sans gêne, les observations et les mises en garde exprimées par Sa Majesté, sur la base des données dont il dispose, en sa qualité de chef de l’Etat, son représentant suprême, le symbole de la l’unité de la nation et le garant de la permanence et de la continuité de l’Etat ».

Cependant, l’état-major de la formation islamiste a « démenti catégoriquement » toute velléité d’« interférence avec les compétences constitutionnelles de Sa Majesté le Roi et ses rôles stratégiques » tout en assurant qu’il « a toujours exprimé sa haute considération, et sa constante valorisation et son soutien aux efforts déployés par Sa Majesté à l’intérieur et à l’extérieur pour défendre les intérêts supérieurs de la patrie et consolider son intégrité territoriale et sa souveraineté nationale, et à cet égard, le parti renouvelle sa grande fierté de la position de principe et ferme de Sa Majesté le Roi, Commandeur des croyants et Président du Comité Al-Qods, envers la question palestinienne et son affirmation constante qu’elle se situe au niveau de la question de l’intégrité territoriale du Royaume ».

Ce constat étant fait, le PJD n’a pas cherché à renier son opposition à la normalisation des relations avec Israël, soulignant qu’elle s’inscrit dans le cadre des droits qu’accorde la constitution marocaine à tous les partis. « Une liberté d’opinion et d’expression » que la formation islamiste a exercée dans le respect de la loi fondamentale du royaume.

Si le PJD « nie catégoriquement » que sa position exprimée dans le communiqué du secrétariat général du 4 mars « soit liée à un agenda partisan ou électoral interne », il rappelle qu’elle « n’est en aucun cas une erreur politique, une surenchère ou un chantage ».

Pour rappel, le communiqué du cabinet royal a souligné que « les relations internationales du Royaume ne peuvent faire l’objet de chantage de la part de quiconque et pour quelque considération que ce soit, particulièrement dans ce contexte mondial complexe ».

Le PJD assure que son soutien « à la cause palestinienne et au peuple palestinien et son rejet de la normalisation » s’inscrivent « dans le cadre du consensus national ». Et de préciser que « les déclarations du ministre des Affaires étrangères, en tant que membre du gouvernement, font l’objet, comme le reste de ses collègues du gouvernement, de critiques et de contrôle, sur la base du programme gouvernemental, qui comprend les grandes lignes de l’action gouvernementale dans divers domaines de l’activité nationale, en particulier la politique économique, sociale, environnementale, culturelle et étrangère. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous