#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Crash de l’hélicoptère d’E. Raïssi en Iran : Pas d’anomalie selon le rapport préliminaire des enquêteurs

L’état-major général des forces armées iraniennes a publié son premier rapport sur les aspects et les causes du récent accident d’hélicoptère qui a entraîné la mort en martyr du président Ebrahim Raïssi et de la délégation qui l’accompagnait.
Crash de l’hélicoptère d’E. Raïssi en Iran : Pas d’anomalie selon le rapport préliminaire des enquêteurs

Le rapport publié jeudi 23 mai, met davantage en lumière le crash de l’hélicoptère du dimanche 19 mai au cours duquel le président iranien Ebrahim Raïssi et ses compagnons, dont le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, sont tombés en martyr. La commission d’enquête chargée d’examiner l’incident dépêchée sur les lieux de l’accident lundi, selon le rapport, a réussi à collecter « une partie remarquable » des informations requises pour ouvrir une enquête sur les éléments qui auraient pu être impliqués dans l’incident.

Le rapport affirme que l’hélicoptère en question s’est écrasé alors qu’il suivait sa trajectoire prédéterminée et qu’il n’a pas dévié de l’itinéraire de vol. L’hélicoptère a pris feu après s’être écrasé dans une zone montagneuse, selon le rapport, qui révèle que le reste de l’épave ne présentait aucun impact de balle ni aucun signe d’impact similaire.

Le rapport précise que le lieu de l’accident a été localisé par des véhicules aériens sans pilote iraniens à 05h00 (heure locale) lundi, et les équipes de recherche y ont accédé peu de temps après. Les communications qui ont eu lieu avant l’incident entre l’hélicoptère et la tour de contrôle ne contenaient rien de « suspect », lit-on dans le rapport, ajoutant que plus de détails seront fournis à la nation iranienne après des investigations plus approfondies.

Le Président défunt et ses compagnons étaient en route vers Tabriz, chef-lieu de la province de l’Azerbaïdjan de l’Est, lorsque l’hélicoptère qui les transportait s’est écrasé le dimanche 19 mai dans une zone montagneuse. A bord de l’hélicoptère se trouvaient également le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, le gouverneur de la province de l’Azerbaïdjan de l’Est, Malek Rahmati, l’imam de la prière du vendredi de Tabriz, Sayed Mohammad Ali Al-Hashem. E. Raïssi a été inhumé jeudi dans le sanctuaire sacré de l’imam Reza (béni soit-il) dans sa ville natale de Machhad au nord-est du pays.

Recommandé pour vous