oncf

Mexique

Trois jours après l’incendie qui a coûté la vie à 39 migrants dans un centre de rétention à Ciudad Juarez, ville située à la frontière américaine, Andres Manuel Lopez Obrador a de nouveau appelé les États-Unis à changer de politique concernant les migrants, estimant qu’ils ne s’attaquent pas à la racine du problème.

Dans un discours enflammé sur le Zocalo Zocalo sous les fenêtres de la présidence mexicaine, le président Manuel Andres Lopez Obrador a galvanisé, samedi, ses partisans. « Coopération, oui, soumission, non », a lancé AMLO devant des dizaines de milliers de partisans en dénonçant « certains législateurs » républicains des Etats-Unis qui parlent d’envoyer l’armée américaine au Mexique contre les cartels.

Le Sénat mexicain a donné son feu vert au président Andres Manuel Lopez Obrador pour tailler dans le budget de l’Institut national électoral, en charge de l’organisation des scrutins. La réforme adoptée, mercredi 22 février, est controversée. A un an de l’élections présidentielle de 2024 dans ce pays d’Amérique centrale, cette décision provoque la colère de l’opposition qui a l’intention de saisir la Cour suprême.

Les présidents mexicain et américain se sont réunis, lundi, pour évoquer leurs deux grandes priorités : la lutte contre le narcotrafic et la crise migratoire. L’an dernier, 2,4 millions de personnes ont été arrêtées par la patrouille frontalière US, ce qui traduit une augmentation considérable des migrants qui traversent illégalement aux États-Unis depuis le Mexique.

Le président américain est au Mexique pour une première visite officielle chez son voisin du Sud depuis son élection. Joe Biden a fait étape au Texas dans la ville frontalière d’El Paso, l’une des grandes portes d’entrée des migrants aux États-Unis, le long des quelque 3 000 kms de frontière commune. Le président US compte sur l’aide de son homologue mexicain pour juguler la vague migratoire qui a encore atteint des records.

Demo
© 2024 Pm-Editions. | Réalisation & Seo : Digitaltransformer.ma.