oncf

Amérique du Nord

L’agence américaine Bloomberg a rapporté que les alliés du président américain à l’étranger estiment qu’il n’est pas possible pour lui de continuer à exercer ses fonctions, révélant que les alliés de l’OTAN, menés par des responsables européens, souhaitent sa démission.

Recevant son homologue israélien Yoav Gallant, le secrétaire américain de la Défense a mis en garde Israël contre les conséquences régionales d’une intervention au Liban. Les États-Unis misent sur la solution diplomatique pour régler ce conflit. Les Américains craignent également l’implication de l’Iran en cas de guerre ouverte. Rrecep Tayyep Erdogan, chef de l’Etat turc, accuse, lui, les pays occidentaux de « soutenir » une offensive israélienne contre le Liban. Mardi, il avait pressé Chypre de ne pas s’intégrer dans les desseins guerriers d’Israël.

Andrew Miller, le plus haut-responsable du département d’État américain en charge du conflit israélo-palestinien a démissionné vendredi, a confirmé son Bureau. Il n’est pas le premier officiel américain à jeter l’éponge alors que les relations entre Washington et Tel-Aviv passent par une période de turbulences. Qui ne risquent pas d’altérer l’appui US à l’entité sioniste de sitôt.

Charles Q. Brown, général de l’armée de l’air US et président du Comité des chefs d’état-major interarmées américain, a déclaré que l’Iran ne laisserait pas le Hezbollah seul dans un conflit face à Israël. Le haut gradé américain a également évoqué les risques d’un embrasement régional. Déclaration qui donne du crédit aux informations ayant circulé sur les intentions exprimées par l’Iran aux USA, via des canaux diplomatiques, d’entrer en guerre contre Israël si jamais le Liban était attaqué.

Les USA sont derrière l’attaque sur Sébastopol car leurs militaires gèrent les vols des missiles US. С’est ce qu’a déclaré dimanche le ministère russe de la Défense suite à l’attaque des forces armées ukrainiennes contre des infrastructures civiles de Sébastopol avec des missiles ATACMS à sous-munitions. Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué lundi avoir signifié à Lynne Tracy, ambassadrice US à Moscou, que « les Etats-Unis, qui mènent une guerre hybride contre la Russie, sont devenus parties au conflit » en Ukraine et que « des mesures de rétorsion allaient suivre ». D’énormes explosions ont secoué le port ukrainien d’Odessa en ce début de semaine.

Demo
© 2024 Pm-Editions. | Réalisation & Seo : Digitaltransformer.ma.