Logo Perspectives med

Enseignants contractuels : Les sit-in de retour

Les enseignants contractuels prévoient de poursuivre leur mouvement de protestations. Une nouvelle manifestation a été organisée vendredi 25 novembre. Autant dire que le dialogue risque de tourner court avec le gouvernement.
Les sit-in de retour

En dépit des assurances lancées ici et là par Chakib Benmoussa, actuel ministre de l’Education nationale, la tension reste vive au sein du corps enseignant. En effet, la Coordination nationale des enseignants contractuels des AREF a annoncé le lancement d’une série de manifestations et protestations sur le plan national, devant les tribunaux et les Académies, visant à dénoncer les procès en cours contre un ensemble d’enseignants sanctionnés pour avoir observé la grève. Le cas de Rachid Yader, un des dirigeants de la coordination condamné à un mois de prison avec sursis et à une amende de 500 dirhams, est mis ainsi en pointe. Mais il n’est pas le seul, dénonce ladite coordination. Laquelle rappelle qu’un groupe d’enseignants avait reçu des convocations… 

C. Benmoussa avait annoncé que le gouvernement «a œuvré pendant sept mois dans le cadre du Dialogue social avec les cinq syndicats les plus représentatifs du secteur, en vue d’établir un Statut unifié pour tous les fonctionnaires du département de l’éducation nationale» et a précisé que ce nouveau texte a pour but de garantir les mêmes droits et opportunités offerts par la fonction publique. Sauf que les revendications des enseignants portent sur l’annulation de l’approche contractuelle et l’intégration des enseignants à la fonction publique le rejet de la limite d’âge et la réhabilitation de l’école publique et de l’emploi.

La logique de l’Exécutif s’oppose de front à celle dont se nourrit la coordination…

Recommandé pour vous