#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Ce que cache la visite d’A. Holchstein à Beyrouth : Une normalisation, à petits pas, avec Tel-Aviv ?

L’envoi par les États-Unis d’un émissaire américain détenant la nationalité israélienne pour le charger du dossier de la démarcation des frontières maritimes avec Israël n’est pas passé inaperçu au Liban.

Arrivé au Liban mardi, Amos Holchstein a rencontré le mercredi le président de la République, Michel Aoun, le chef du Parlement, Nabih Berri, et le Premier ministre Najib Mikati. Dans l’après-midi, une photo de lui a été diffusée aux côtés de Walid Fayyad, ministre de l’Énergie, dans un restaurant, en présence de Dorothy Shia, ambassadrice US. « La visite de la honte », ont commenté de nombreux internautes sur les réseaux sociaux.
« Un ennemi dans notre maison. Boycottez l’émissaire israélien », a titré avec irritation le journal libanais al-Akhbar selon lequel les responsables libanais auraient dû refuser de le rencontrer si ce n’est sur le principe de l’état d’animosité avec Israël, ou sur celui du conflit d’intérêts.
Plus offensante a été la réponse « insolente » donnée par un diplomate US lorsqu’il a été interrogé sur ce choix : « Lorsque vos responsables nous demandent s’ils peuvent visiter la Syrie sans faire l’objet de sanctions américaines et demandent notre autorisation lorsqu’ils veulent participer à des conférences ou des rencontres auxquelles participent des gens soumis à des sanctions américaines, croient-ils que nous allons leur demander leur avis sur celui qu’on va leur envoyer », rapporte le journal libanais.
L’intérêt d’A. Hochstein pour les hydrocarbures au large du Liban et de la Palestine occupée remonte à 2009 lorsque les États-Unis l’ont désigné pour conduire le processus de décisions sur l’exploration du gaz maritime en Méditerranée.Entre 2013 et 2016, A. Hochstein a visité le Liban à plusieurs reprises surtout pendant le vide ministériel entre 2014 et 2016. Mais ses négociations se sont soldées par un échec.
Pendant sa récente visite, il n’a pas exposé son approche et s’est contenté d’écouter les différents points de vue des responsables libanais, indiquent les médias libanais.Avec le ministre de l’Énergie, il a évoqué les solutions pour le secteur en crise au Liban, dont l’initiative lancée par les Américains d’acheminer du gaz depuis l’Égypte et sa transformation en Syrie via le système Swab et d’acheminer de l’électricité depuis la Jordanie. W. Fayyad a remercié les efforts d’A. Hochstein et de D. Shia auprès de la Banque mondiale sachant que les USA sont les plus grands contributeurs de cette institution qui devrait financer le projet énergétique, précise le bureau.
Selon les observateurs, l’émissaire américano-israélien« veut attraper le Liban par les endroits qui lui font le plus mal »en jouant la partition du sauveur. Objectif, entrainer le pays du Cèder malgré lui vers la normalisation avec l’entité sioniste, ou l’assujettir à la primauté de l’intérêt suprême israélien, principal credo de la politique étrangère américaine. Le quotidien al-Khabar a su résumer avec pertinence la situation en soulignant que « jamais dans l’histoire, pour régler un litige entre deux pays, n’a été choisi un médiateur qui soit originaire de l’un des deux pays ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous