#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

La Turquie s’incruste en Syrie : Des renforts turcs à Idlib

A l’heure où Damas réitère ses exigences pour que la Turquie quitte le gouvernorat d’Idlib, Recep Tayyip Erdogan assure, lui, que son pays ne s’y soumettra pas et qu’il est prêt à recourir à des armes lourdes. L’agence syrienne Sana a fait part, jeudi, de renforts turcs acheminées dans cette zone de désescalade.

Interrogé par des journalistes sur l’opération que son pays mène dans le gouvernorat syrien d’Idlib, le chef de l’Etat turc a déclaré jeudi qu’elle se poursuivrait. »Nous continuons d’effectuer des opérations dans des endroits critiques. Nous ne ferons absolument aucune concession. Je ne sais pas quelle position adoptera le régime syrien, mais nous continuons de faire le nécessaire à Idlib et de répliquer à l’aide de nos armes les plus lourdes. Nous ne pouvons pas laisser les choses suivre leur cours »,a-t-il déclaré, rapporte l’agence Anadolu.
Sur fond de ces déclarations, Sana a rapporté le même jour que la Turquie a acheminé vers Idlib « pour soutenir les réseaux terroristes »un convoi de 31 véhicules militaires chargés de matériel logistique, de munitions et d’armes. Précisant que parmi ceux-ci figurent « des armes de qualité, y compris des lanceurs thermiques anti-blindage fabriqués par l’Otan, et divers systèmes antiaériens dans le but d’entraver les opérations de l’armée arabe syrienne ».
Le 27 septembre, à l’ouverture de la 76e session de l’Assemblée générale de l’Onu, Fayçal Meqdad, ministre syrien des Affaires étrangères a exigé que la Turquie « retire ses troupes du territoire syrien sans aucune condition préalable ». Il a accusé Ankara « de ne pas avoir rempli ses obligations découlant de l’accord sur la création d’une zone de désescalade dans le nord-ouest de la Syrie ». Selon lui, « le gouvernorat d’Idlib est devenu un incubateur de terroristes ». Une situation « qui ne peut pas durer indéfiniment » car la Syrie « est déterminée à achever la défaite des gangs terroristes sur son territoire ».
Depuis que l’armée syrienne a repris le gouvernorat de Deraa au mois de septembre, Idlib est la seule région de Syrie dont une partie importante reste encore aux mains des djihadistes. Conformément à un accord obtenu en 2017 par la Russie, l’Iran et la Turquie, quatre zones de désescalade ont été mises en place en Syrie, dont celle d’Idlib.
Pourtant, la situation à Idlib a dégénéré fin février 2020, lorsque des terroristes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (anciennement connu sous le nom de Front al-Nosra) ont attaqué les forces gouvernementales syriennes. Damas a riposté par des frappes, lors desquelles 36 soldats turcs ont été abattus, d’après Ankara. Ces militaires se trouvaient parmi les terroristes, selon la Défense russe.
En mars, les Présidents turc et russe se sont mis d’accord sur l’instauration d’un cessez-le-feu à partir du 6 mars et à la mise en place d’un couloir de sécurité autour de la route qui relie Alep au gouvernorat côtier de Lattaquié (M4), ainsi qu’à l’envoi sur le terrain de forces supplémentaires turques sur concertation avec la Russie. Mais il faut croire que le nouveau Sultan qui préside aux destinées de la Turquie a d’autres plans en tête. Plans qui ne font que contrarier la Russie, mais surtout enrager la Syrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous