#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Manifs à Khartoum : La rue soudanaise divisée

Deux manifestations ont eu lieu jeudi 21 octobre dans les rues de la capitale alors que le Soudan affronte une importante montée des tensions politiques. La manifestation canalisée par les milieux favorables à la reprise en main du pays par les militaires, trouve en face des militants pro-civils qui veulent protéger les acquis de la révolution. Pour ces derniers, l’objectif est de mettre la pression sur les militaires. Des dizaines de manifestants ont été blessés par balle où asphyxiés par les gaz lacrymogènes usités par les policiers déployés.

Des milliers de manifestants ont arpenté les artères de Khartoum pour exiger du chef de l’armée qui demande depuis quelques jours la dissolution du gouvernement, de respecter le deal conclu entre les formations politiques de gauche et les militaires. Sur l’avenue qui borde l’aéroport de Khartoum, des cortèges et des pick-up chargés de manifestants ont convergé de toutes les directions, brandissant des drapeaux soudanais, et exigeant le respect du calendrier établi pour la transition.
Le 21 octobre est une date symbolique au Soudan. Il s’agit de l’anniversaire d’une des premières révolutions populaires, celle qui avait détrôné le général Ibrahim Abboud, en 1964. Aujourd’hui, les manifestants veulent protéger les acquis de la révolution de 2019, celle qui a mis fin au règne d’Omar El-Béchir.
En même temps, un sit-in a été organisé plus au nord de Khartoum pour appeler les militaires à reprendre les choses en main. Les pro-Hamdouk considèrent l’autre manifestation est financée par les militaires au pouvoir, dans le but de déstabiliser le pays.
Ainsi, chaque camp cherche à s’allier le soutien de la rue. Des observateurs de la scène soudanaise ont rapporté que du côté des pro-gouvernemental civil, la mobilisation était massive. Surtout que les manifestants de Khartoum ont l’écho d’un soulèvement massif dans toutes les villes du pays. Objectif ; mettre la pression sur les militaires pour qu’ils abandonnent toute velléité d’un retour exclusif aux affaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous