#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Raid israélien sur Damas : L’assassinat de R. Oussavi sera vengé, promet Téhéran

Le président iranien Ebrahim Raïssi a accusé Israël d'avoir tué un des chefs des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de l'Iran, dans une attaque menée lundi près de Damas en Syrie, promettant qu'Israël « paiera certainement pour ce crime ». « Cette action est sans aucun doute un autre signe de frustration, d'impuissance et d'incapacité du régime sioniste usurpateur dans la région », a ajouté le responsable iranien dans un communiqué.
Raid israélien sur Damas : L’assassinat de R. Oussavi sera vengé, promet Téhéran

Selon le communiqué des Gardiens de la Révolution, Seyed Razi Moussavi était responsable « du soutien logistique des groupes de la résistance », un terme qui désigne le Hamas et le Jihad islamique, mais aussi le Hezbollah libanais ou encore les milices pro-iraniennes en Syrie et en Irak. En clair, il avait pour mission de fournir des armes et la technologie militaires à tous ces groupes.

C’est un des plus anciens commandants en poste en Syrie et un proche compagnon du général Qassem Soleimani, ancien chef de la force Qods des Gardiens de la révolution, liquidé par un drone US en 2020 à l’aéroport de Bagdad.  Israël « payera le prix de ce crime », ont affirmé les Gardiens de la Révolution.

Il s’agit d’un coup dur pour l’Iran. Ce qui va sans aucun doute augmenter les tensions dans la région.

L’Iran a apporté son soutien au Hamas et au Jihad islamique après l’opération contre Israël en octobre dernier.

Ses alliés dans la région, notamment le Hezbollah, les Houthis, mais aussi les milices chiites en Irak et en Syrie, multiplient les actions contre Israël, mais aussi les bases US dans la région.

La mort de ce haut commandant iranien, qui jouait un rôle de premier plan dans la région, pourrait pousser les alliés de Téhéran à multiplier les attaques contre Israël.

Le président iranien Ebrahim Raïssi a accusé Israël d’avoir tué le général, promettant qu’Israël « paiera certainement pour ce crime ».

Les médias officiels iraniens présentent R. Moussavi comme « le responsable logistique de l’axe de la résistance en Syrie ». En clair, il occupait un rôle-clé au sein de la présence militaire iranienne sur le sol syrien, où la République islamique s’est installée à la demande de Damas.

Israël n’a pas attendu la guerre en cours à Gaza pour multiplier les raids contre les forces iraniennes en Syrie ces dernières années, mais l’assassinat du général Moussavi intervient dans un moment particulier où sont mobilisés des groupes armés qui ont tous en commun d’être soutenus par l’Iran : Hamas palestinien dans la Bande de Gaza, Hezbollah au Liban et Houthis du Yémen dont les attaques en mer Rouge font planer la menace d’une extension du conflit.

Recommandé pour vous