Logo Perspectives med

L’Iran exportateur net de drones de combat : Des clients se pressent au portillon

Les drones iraniens profitent du conflit ukrainien pour se faire valoir auprès de l’opinion. Si Téhéran affirme que des pays voudraient acquérir des drones armés localement fabriqués, un démenti cinglant est fait quant à la dotation de l’armée russe de ces armes. Affaire qui soulève les passions.

Rahim Safavi, général de division et conseiller militaire du guide suprême de la révolution islamique, a révélé que « l’Iran, qui importait 80 % de ses besoins militaires de l’étranger avant la révolution islamique, produit désormais 80 % de ses équipements de défense ».

R. Safavi a affirmé que « les pays candidats actuels pour acheter des drones sont l’Arménie, le Tadjikistan, la Serbie, l’Algérie, le Venezuela et d’autres pays ».

Les médias israéliens ont rapporté ces derniers jours que le drone iranien, Shahed 136, « a réussi à défier l’armée ukrainienne ». Le site internet israélien Walla a rapporté qu’ « Israël suit de près ces drones qui affecteront tout futur conflit contre l’Iran ou ses alliés dans la région », notant que « l’utilisation croissante de ces drones défie les systèmes de défense ukrainiens ».

Dans un rapport, le journal israélien The Jerusalem Post a signalé que « l’utilisation par la Russie de drones iraniens en Ukraine est en augmentation », soulignant que « la menace doit désormais être prise au sérieux, non seulement au Moyen-Orient ou en Ukraine, mais à l’échelle mondiale ».

Selon le site Axe de la résistance sur telegram, « quand l’entité sioniste se rappelle subitement qu’elle est trop petite pour faire un face à face avec l’Iran, elle se sent obligée de rameuter « LE MONDE » à ses côtés ».

Le New York Times avait rapporté, la semaine passée, sur la foi d’un haut responsable israélien sous couvert de l’anonymat qu’Israël fournit à l’Ukraine des informations de base sur les drones de reconnaissance iraniens, que Moscou utilise dans les batailles en Ukraine. Le journal précise qu’ « une société privée israélienne fournissait à l’Ukraine des images satellites des forces russes ».

Il a été question de même dans les médias israéliens qu’ « une société israélienne des industries de sécurité a vendu des systèmes anti-drones à l’armée ukrainienne, capables d’intercepter et de brouiller les drones de combat ».

Lundi 17 octobre, Dimitri Medvedev,  secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe,  avait déclaré que « les projets d’Israël de fournir des armes à Kiev sont une décision très imprudente ».
« Il semble qu’Israël fournira des armes au régime de Kiev, et c’est une décision très imprudente, qui détruira toutes les relations entre nous » , a-t-il averti sur Telegram.

Les médias russes sont unanimes à signaler que ces drones sont des Geran. Mais pour les Israéliens et les Américains, il s’agit surement de drones iraniens, malgré les démentis iraniens officiels.

Recommandé pour vous