#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Instabilité en Libye : A. Dbeibah et F. Bachagha se font face

Previous slide
Next slide
En réaffirmant qu’il ne cédera le pouvoir qu'à un gouvernement élu, Abdel Hamid Dbeibah, Premier ministre libyen, a lancé une initiative pour organiser des élections parlementaires d'ici l'été prochain en reportant la présidentielle à une période ultérieure. Une sorte de fuite en avant, alors que le Parlement s'apprête à voter, la semaine prochaine, sa confiance au gouvernement Fathi Bachagha.

En lançant son initiative pour l’élection, A.Dbeibah veut montrer qu’il est capable d’organiser le scrutin alors que le Parlement l’estime responsable de l’échec des élections prévues le 24 décembre dernier. Pour essayer de convaincre, il a aussi renoncé à être candidat à la présidentielle. Il impute la responsabilité de l’échec aux députés, et considère que le Parlement élu il y a huit ans est lui aussi illégal.
A l’heure où la lutte pour la légalité s’intensifie, faisant craindre le pire à la population libyenne, A. Dbeibah a averti que « la désignation d’un nouveau gouvernement de transition pourrait conduire à une guerre ». Cette décision est « une mascarade », « une imprudence » s’est-il emporté. Le mot « guerre » est d’ailleurs revenu huit fois dans son discours, lui qui avait promis – après sa désignation – qu’il n’y en aurait plus.
F. Bachagha, lui prendra ses fonctions comme Premier ministre la semaine prochaine. Il intensifie les contacts et se montre comme le vrai homme du dialogue et de la stabilité. Il doit soumettre sa formation gouvernementale au Parlement avant jeudi. Le délai « sera respecté » et les choses avancent « sans difficultés » a annoncé son bureau.
Plongée dans le chaos depuis la chute de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye risque se retrouver à nouveau avec deux gouvernements parallèles, comme entre 2014 et 2020, en pleine guerre civile.

Recommandé pour vous