Logo Perspectives med

Inflation : Montée globale des taux directeurs en perspective

La flambée des prix de l’énergie et des produits alimentaires, les goulets d’étranglement au niveau de l’offre et la reprise de la demande après la pandémie ont entraîné une généralisation des pressions sur les prix et une accélération de l’inflation. Une situation qui pousse les banques centrales mondiales à resserrer encore d’avantage leurs politiques monétaires. Après la BCE la semaine dernière, les taux de la FED sont pressentis à la hausse et annoncent ainsi une nouvelle vague de resserrement planétaire.

Les responsables de la Réserve Fédérale (Fed) se dirigent vers une nouvelle hausse des taux d’intérêt, qui devront atteindre 5% d’ici mars 2023, selon une enquête menée auprès des économistes américains, qui ont mis en garde que le resserrement de la politique monétaire risque de provoquer une récession américaine et mondiale.

La Fed, qui tiendra une réunion mercredi prochain, devrait augmenter de 0,75 % son taux directeur, soit une quatrième consécutive, ont estimé des économistes interrogés par Bloomberg. Les responsables de la banque centrale américaine ont eu une raison supplémentaire de maintenir le resserrement de la politique monétaire après que des données du gouvernement ont fait état vendredi de la hausse des coûts de l’emploi à un rythme soutenu au troisième trimestre. Selon l’enquête de Bloomberg, les taux devraient augmenter d’un autre demi-point en décembre, puis d’un quart de point lors des deux réunions suivantes. Les prévisions de la Fed publiées lors de la réunion de septembre montraient des taux atteignant 4,4 % cette année et 4,6 % l’an prochain, avant des baisses en 2024.

Même son de cloche du côté européen où la Banque centrale européenne a décidé, jeudi, d’augmenter ses trois taux d’intérêt directeurs de 75 points de base afin de faire face à la forte inflation que connait la zone euro. Et ce n’est pas près de s’arrêter. Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a indiqué que l’institution monétaire de la zone euro prévoit de relever davantage ses taux d’intérêt lors des prochaines réunions pour faire face à l’inflation. “Nous prévoyons de relever davantage les taux d’intérêt pour assurer le retour rapide de l’inflation à notre cible d’inflation à moyen terme de 2%. Nous fonderons la future trajectoire des taux directeurs sur l’évolution des perspectives d’inflation et d’économie”, a souligné C. Lagarde lors d’une conférence de presse suivant la réunion de politique monétaire de la BCE.

L’inflation demeure beaucoup trop élevée et restera au-dessus de notre objectif pendant une longue période, a t-elle relevé, notant qu’en septembre, l’inflation dans la zone euro a atteint 9,9%. Au cours des derniers mois, la flambée des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, les goulots d’étranglement de l’offre et la reprise post-pandémique de la demande ont conduit à un élargissement des pressions sur les prix et à une augmentation de l’inflation, a fait remarquer Mme Lagarde.

En effet, l’inflation des prix de l’énergie, à 40,7%, est restée le principal moteur de l’inflation globale, avec une contribution croissante des prix du gaz et de l’électricité, a-t-elle fait savoir, ajoutant que l’inflation des prix des denrées alimentaires a également grimpé pour atteindre 11,8%. Pour l’ex-patronne du FMI, la politique monétaire de la BCE vise à réduire le soutien à la demande et à se prémunir contre le risque d’une hausse persistante des anticipations d’inflation.

Recommandé pour vous

×

Rejoignez-nous sur Facebook