oncf

Inflation

En dépit des données du Haut-commissariat au plan (HCP) qui rappellent que le moral des Marocains est dans les chaussettes, Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, tente de convaincre quant au succès de la politique sociale du gouvernement. Exit l’inflation et ses répercussions sur le pouvoir d’achat, rassure-t-il.

Lire plus

Les messages rassurants du gouvernement annonçant la fin de la flambée des prix restent sans impact. Le 8 avril, des sit-in de protestation seront organisés dans plusieurs villes à l’appel du Forum social. La crise est tellement profonde que même au sein de la majorité aux affaires, après l’Istiqlal, le PAM commence à ruer, de son côté, dans les brancards.

Les Allemands doivent affronter depuis dimanche soir une grève d’ampleur décidées par les syndicats dans un contexte d’inflation record. Trains et avions à l’arrêt, métros et bus dans les dépôts, l’Allemagne est paralysée par la crise socioéconomique qui prend de l’ampleur.

En Europe, l’inflation ne faiblit pas. La hausse des prix n’épargne aucun pays, de l’Espagne à la Suède en passant par la Hongrie. En France par exemple, elle a accéléré à 7,2% sur un an au mois de février. Un climat économique mauvais pour les affaires, qui laisse craindre une nouvelle intervention de la Banque centrale européenne.

L’Exécutif donne l’impression de subir les crises et d’improviser les solutions. Le meilleur témoignage est livré aux Marocains, considérés plus comme des consommateurs que comme des citoyens, via la communication de crise à laquelle s’adonnent les ministres. Si la cheffe de l’Economie tente de rassurer, elle devrait se référer à ce que disent aussi les représentants des bailleurs de fonds qui critiquent, et leur parole n’est pas un évangile, la gestion de la spirale inflationniste qui appauvrit la majorité au détriment de la minorité.

L’indice des prix à la consommation (IPC) poursuit sa hausse entamée depuis le début de l’année pour se situer, en glissement annuel, à 8,1% au terme du mois d’octobre 2022, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

La flambée des prix de l’énergie et des produits alimentaires, les goulets d’étranglement au niveau de l’offre et la reprise de la demande après la pandémie ont entraîné une généralisation des pressions sur les prix et une accélération de l’inflation. Une situation qui pousse les banques centrales mondiales à resserrer encore d’avantage leurs politiques monétaires. Après la BCE la semaine dernière, les taux de la FED sont pressentis à la hausse et annoncent ainsi une nouvelle vague de resserrement planétaire.

Demo
© 2024 Pm-Editions. | Réalisation & Seo : Digitaltransformer.ma.