oncf

Espionnage

Julian Assange est arrivé à Canberra après avoir plaidé coupable d’espionnage devant la justice américaine. Aux termes de l’accord signé avec l’administration Biden, le fondateur de WikiLeaks est libre de ses mouvements. Edward Snowden, lui, est toujours coincé en Russie après avoir transmis à la presse internationale des milliers de documents top secrets sur la surveillance de masse. Le lanceur d’alerte américain est toujours à la recherche d’une porte de sortie.

Lire plus

Les services de renseignement espagnols auraient confirmé que des militants indépendantistes catalans auraient été espionnés par le gouvernement espagnol avec le logiciel Pegasus. Le cadre légal aurait néanmoins été respecté. C’est ce qui ressort d’une audition à laquelle s’est pliée, durant des heures, la patronne des services espagnols. Un excès de zèle aurait-il permis l’infiltration, au-delà des indépendantistes catalans, des téléphones de bien des ministres ? L’enquête, pour l’heure, patauge.

Le gouvernement espagnol a indiqué, le 2 mai, que les téléphones de service de Pedro Sanchez, patron de l’Exécutif, et de Margarita Robles, ministre de la Défense, ont été cannibalisés par le logiciel espion Pegasus, développé par la société israélienne NSO Group. Les médias locaux n’ont pas hésité à jeter la responsabilité de cette affaire d’espionnage sur le Maroc.

Demo
© 2024 Pm-Editions. | Réalisation & Seo : Digitaltransformer.ma.