#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Ambitions nucléaires de Riyad : Miser sur l’uranium local

Previous slide
Next slide
L’Arabie saoudite entend utiliser ses propres ressources en uranium pour développer son programme nucléaire civil, a affirmé le ministre saoudien de l’Énergie.
Ambitions nucléaires de Riyad

Même si le Royaume wahhabite s’affiche comme le plus grand exportateur de pétrole au monde, il avait annoncé, en 2018 déjà, son intention de construire 16 réacteurs nucléaires sur 20 ans pour un montant de 80 milliards de dollars.

Le pays, qui a commencé par développer « deux grands réacteurs », veut « exploiter (ses) ressources en uranium », a déclaré mercredi le prince Abdelaziz ben Salmane lors d’une conférence sur les minerais, selon des propos rapportés par la chaîne de télévision étatique el-Ekhbariya, relayée par l’AFP.

« Des activités d’exploration récentes ont révélé la présence de diverses sources d’uranium à différents endroits » sur le territoire, a-t-il ajouté. Selon lui, « le royaume entend utiliser ses ressources nationales en uranium, y compris dans des projets conjoints avec ses partenaires, conformément aux obligations internationales et aux règles de transparence, sur l’ensemble du cycle de production ».

Cela comprend « la production de yellowcake (concentré solide d’uranium) et de l’uranium faiblement enrichi, et la production de combustible nucléaire destiné au marché national et à l’exportation », a précisé le ministre.

L’enrichissement d’uranium est une question sensible dès lors qu’il ouvre la voie à différents usages. Enrichi à un faible niveau (3,5% à 5%), le minerai sert de combustible aux centrales nucléaires pour la production d’électricité. Mais à un degré très élevé (90%), il peut servir à fabriquer la bombe atomique.

L’Arabie saoudite prétend s’inquiéter du programme nucléaire de l’Iran, son grand rival régional, qui a toujours nié vouloir se doter de l’arme atomique. Un accord conclu en 2015 entre les pays occidentaux et la République islamique avait fixé le seuil d’enrichissement à 3,67% mais depuis le retrait des États-Unis de l’accord en 2018 et le rétablissement des sanctions qui étouffent son économie, Téhéran s’est progressivement affranchi de ses obligations.

L’Arabie, qui dépend des hydrocarbures pour répondre à ses besoins croissants en électricité et en dessalement de l’eau, dit vouloir miser sur le nucléaire pour diversifier ses sources d’énergie.

Recommandé pour vous