#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

A. Tebboune rompt le contrat GME : un impact insignifiant pour le Maroc

La décision des autorités algériennes de ne pas reconduire l’accord sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) n’aura dans l’immédiat qu’un impact insignifiant sur la performance du système électrique national ont indiqué l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) et l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE).

Eu égard à la nature du voisinage du Maroc et en prévision de cette décision, les dispositions nécessaires ont été prises pour assurer la continuité de l’alimentation du pays en électricité.
D’autres options sont en cours d’étude pour des alternatives durables, à moyen et long termes, précise-t-on.
Pour rappel, à quelques heures de l’expiration officielle du contrat GME, le président algérien par défaut a cru bon de remettre les gaz pour contrarier les intérêts du Maroc. A la suite d’un rapport présenté par le PDG de la Sonatrach portant sur un accord avec l’Office marocain de l’électricité et de l’eau (ONEE), signé le 31 juillet 2011 et qui arrive à échéance le 31 octobre 2021, Abdelmadjid Tebboune a ordonné de mettre un terme à l’approvisionnement du Maroc en gaz algérien, indique la présidence de la république sur sa page Facebook.
Il est lieu de signaler que le contrat en question, d’une durée de dix ans, avait été conclu à Alger le 1er août 2011 et entré en vigueur en septembre de la même année, a déjà expiré le 1er septembre 2021. «Il portait sur la livraison de 640 millions de mètres cubes par an de gaz algérien pendant dix ans», précisait alors l’APS. «Le gaz sera acheminé par le gazoduc Maghreb-Europe reliant l’Algérie à l’Espagne via le Maroc. Il servira à alimenter deux centrales électriques marocaines d’Ain Beni Mathar, d’une capacité de 470 MW, et de Tahaddart (385 MW)», précise la même source.
A. Tebboune justifie cette rupture de contrat (une de plus !), «par l’attitude belliqueuse du Royaume du Maroc envers l’Algérie, portant atteinte à l’unité nationale. Après avoir consulté le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et le ministre de l’Énergie et des Mines, Mohamed Arkab, le président de la république a décidé d’arrêter la relation commerciale et de ne pas renouveler le contrat» entre la Sonatrach et l’ONEE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous