Logo Perspectives med

Sabotage de Nord Stream 1 et 2 : L’enquête divise les Européens

Les médias allemands ont rapporté que des représentants de la Suède, du Danemark et de l’Allemagne ont refusé d’enquêter conjointement sur le sabotage des gazoducs Nord Stream, et que chacun de ces pays mènera sa propre enquête.

Citant des sources au sein des services gouvernementaux, le réseau allemand ARD assure que la Suède, le Danemark et l’Allemagne avaient initialement voulu enquêter conjointement sur l’incident de la destruction des pipelines pour découvrir qui en est l’auteur. Mais la Suède s’est d’abord retirée de l’équipe d’enquête conjointe, avant d’être imitée par le Danemark.

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé jeudi que la Russie ne reconnaîtrait pas ce qu’elle a qualifié de « faux résultats » concernant l’enquête sur l’incident du Nord Stream, si les experts russes n’y participaient pas.

Le président russe a précédemment blâmé le régime de Kiev pour son utilisation du terrorisme pour atteindre ses objectifs.
Il a accusé le régime ukrainien de tenter de saboter le gazoduc Turkish Stream. « Les attaques contre les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 ont été organisées par les parties qui cherchent à rompre les relations entre la Russie et l’Union européenne, et qui avaient auparavant recours à de tels actes de sabotage, en toute impunité », a assuré Vladimir Poutine.

Le 26 septembre, des attaques simultanées ont été perpétrées sur les deux pipelines exportant du gaz russe vers l’Europe.

L’opérateur du réseau de gazoducs de la Russie à l’Allemagne via les pays baltes, a déclaré que l’urgence sur les gazoducs est sans précédent et qu’il est impossible d’estimer la durée de la réparation.

Les services de sécurité russes ont ouvert une enquête sur un « acte terroriste international », après la fuite de gaz des pipelines. Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a annoncé que l’incident de fuite dans les pipelines Nord Stream 1 et 2 s’est produit dans la zone contrôlée par les services de renseignement américains.

Il convient de noter que 3 lignes du système Nord Stream, situées dans les eaux économiques du Danemark et de la Suède, ont été endommagées après avoir fait l’objet d’un sabotage, et qu’une seule ligne, la deuxième branche de Nord Stream 2, est restée intacte.

Les garde-côtes suédois ont annoncé vendredi que la fuite depuis les gazoducs n’est plus visible en mer Baltique. « Lors de leurs récents vols au-dessus de la mer Baltique, les avions des garde-côtes n’ont pu voir aucune turbidité à la surface de la mer », relève un communiqué des garde-côtes, faisant référence aux deux survols de la zone jeudi et vendredi.

Le 26 septembre, des bulles de gaz flottaient à la surface de l’eau après la détection de 4 cas de fuites sous-marines dans les zones économiques de Suède et du Danemark au nord de la Pologne. Au départ, le diamètre de la zone de fuite variait entre 200 et 1 000 mètres. Selon la Suède, les premières recherches sous-marines ont renforcé les soupçons de possible sabotage.

Recommandé pour vous