Logo Perspectives med

Présides occupés : Entre normalisation douanière et immigration illégale

José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et coopération, a confirmé dimanche que les douanes à Sebta et Melilla ouvriront en janvier de manière « ordonnée et progressive ». Cette déclaration intervient à l’heure où des informations en provenance du nord laissent entendre des Marocains ont tenté de s’introduire illégalement à Melilla.
Entre normalisation douanière et immigration illégale

Dans une déclaration reprise par la presse espagnole, il a précisé qu’il n’y aura pas de place pour le « commerce atypique ». « Il y a des images du passé que nous ne voulons pas revoir », a-t-il souligné, excluant la réapparition de la contrebande. L’idée, a expliqué le ministre, est d’agir comme cela a été fait avec le passage des personnes. « Il faut une ouverture progressive précisément pour ne pas retomber dans les erreurs du passé », a-t-il souligné.

J. M. Albares a confirmé qu’il était prévu de rouvrir la douane de Melilla et d’ouvrir la nouvelle douane de Sebta avant la réunion de haut niveau avec le Maroc, en anticipant que le sommet pourrait avoir lieu entre la dernière semaine de janvier ou la première de février. Des dates qui ont été annoncées lors de la réunion avec Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, le 24 novembre dernier à Barcelone. Comme l’a expliqué le chef de la diplomatie espagnole, les deux pays veulent « une ouverture ordonnée et progressive » desdites douanes.

D’ailleurs, le chef de la diplomatie a promis que ce sommet « va donner un nouvel élan à une relation bilatérale qui est extrêmement bénéfique pour les deux » pays, en insistant sur le fait que le commerce entre Rabat et Madrid a augmenté de près de 30% cette année et que les arrivées d’immigrants en provenance du Maroc ont diminué.

Les frontières terrestres avec le Maroc ont été rouvertes le 15 mai, mais uniquement aux citoyens de l’Union européenne et titulaires d’un permis de circulation sur le territoire Schengen. À partir du 31 mai, une deuxième phase a commencé, permettant l’accès aux « travailleurs frontaliers légalement reconnus », sans que la situation pour le reste des Marocains ne soit pour l’instant résolue, rappelle-t-on.

A signaler que l’Association marocaine des droits humains à Nador (AMDH-Nador) a indiqué qu’un groupe de migrant a tenté de traverser la clôture de Melilla, la veille du Nouvel An, tandis que la délégation gouvernementale espagnole a affirmé ne pas avoir enregistré d’entrée.

Sur ses réseaux sociaux, l’ONG affirme que la tentative a bien eu lieu, dans la nuit de samedi à dimanche. Ajoutant que « des dizaines de jeunes marocains ont tenté de franchir » la barrière, « malgré le dispositif policier mis en place, certains ont réussi la traversée ».

Auprès de l’agence Europa Press, un porte-parole de la délégation gouvernementale à Melilla nie toute tentative ou traversée aboutie. « La nuit dernière, il n’y a pas eu d’approche du périmètre de Melilla ni de saut », a-t-il indiqué, le lendemain. Par le passé, les tentatives d’entrée à Melilla la veille du Nouvel An se sont répétées à plusieurs reprises, tout au long des trois dernières décennies, rappelle Europa Press.

Recommandé pour vous