Logo Perspectives med

Migration clandestine : La Manche bat des records

Plus de 45 000 migrants ont rejoint illégalement les côtes anglaises en 2022 en traversant la Manche sur des embarcations de fortune, un chiffre record atteint malgré les projets successifs des gouvernements conservateurs britanniques pour lutter contre ce phénomène sensible politiquement.
La Manche bat des records

Quelque 45 756 migrants qui ont traversé la Manche en 2022. C’est du jamais vu, et de loin. Pour ordre de comparaison, en 2021, pourtant déjà une année record, moins de 30 000 migrants s’étaient risqués à effectuer cette dangereuse traversée qui représente l’un des passages maritimes les plus fréquentées au monde, aux eaux très froides une grande partie de l’année.

Si la plupart des arrivées ont lieu en été, avec un record journalier de 1 295 migrants arrivés en 24 heures le 22 août, elles se poursuivent désormais dans les mois d’hiver avec 1 745 arrivées en décembre.

Le mois dernier a été marqué par le naufrage d’un canot pneumatique qui transportait des dizaines de migrants depuis la France au petit matin du 14 décembre.  Des Afghans et Sénégalais y ont trouvé la mort, selon les premiers éléments de l’enquête, un bilan qui aurait pu être bien plus lourd : 39 sur 43 candidats ont pu être secourus par un bateau de pêche à proximité.

Dans la nuit du 23 au 24 novembre 2021, 27 migrants âgés de sept à 46 ans avaient péri dans le naufrage de leur bateau pneumatique.

Le verrouillage croissant du port de Calais côté français et du tunnel sous la Manche a eu pour conséquence une explosion depuis 2018 du nombre des traversées de la Manche à bord de petites embarcations

Le dossier est hautement sensible pour les conservateurs britanniques qui promettent depuis le Brexit de « reprendre le contrôle » des frontières, mais malgré les plans successifs annoncés – deux encore cette année – les traversées continuent d’augmenter, débordant complètement le système des demandes d’asile au Royaume-Uni.

Londres a notamment conclu cette année un accord, critiqué par l’ONU, l’Église anglicane et de nombreuses organisations, avec le Rwanda pour y envoyer les migrants arrivés illégalement, quelle que soit leur origine, sans attendre l’examen de leur demande d’asile.

Le projet a été suspendu avant l’été par une décision de la Cour européenne des droits de l’Homme mais le gouvernement veut le relancer à la suite d’une décision de la justice britannique. Londres a également signé ces derniers mois des accords de coopération avec la France pour y renforcer les contrôles et avec l’Albanie, dont les ressortissants sont arrivés en nombre cette année.

Recommandé pour vous