Logo Perspectives med

L. Truss ne convainc pas : Londres dans le doute

Elle n’a pas encore chauffé son maroquin qu’elle se retrouve déjà sur un siège éjectable. Telle est la situation dans laquelle se trouve Liz Truss, à la tête d’un Exécutif britannique qui bat de l’aile.

« Une chute rapide et soudaine », titre la BBC pour qualifier l’une des dégringolades des plus rapides de l’histoire politique britannique. Trente-huit jours qui se terminent en chaos, c’est le temps que Kwasi Kwarteng est resté en poste avant d’être remplacé.  Sky News croit y déceler un « anéantissement », alors que le Times, parle de « Trusstopia » et d’un « Kwasi Kwarteng crash », un « suicide politique » autant qu’un « crash économique ». La preuve, la livre sterling dégringolait. Assassine, une chronique du Guardian ironise en titrant, « Adieu, Kwasi. Ta carrière est morte pour que celle de Liz Truss puisse vivre au moins quinze minutes de plus ».

L. Truss cherche maintenant à sauver son poste de Première ministre, mais surtout la stabilité économique du pays puisque même le FMI lui demande de faire machine arrière sur ses projets. Ce qu’elle se refuse à faire, ce qui donne à Sky News l’occasion d’une nouvelle comparaison entre elle et Margaret Thatcher.

La conférence de presse durant laquelle L. Truss a nommé Jeremy Hunt comme chancelier de l’Échiquier, un pro-européen Brexiter, a duré huit minutes, pour quatre questions et aucune excuse.

A Bruxelles, on reste circonspect. Le revirementL du gouvernement britannique sur son programme économique et le remplacement du ministre des Finances soulignent la nécessité de faire preuve de «prudence» dans les choix pour faire face au ralentissement de l’économie, a estimé vendredi à Washington le Commissaire européen aux affaires économiques. «Nous n’avons aucune leçon à donner à qui que ce soit et encore moins au Royaume-Uni. Nous avons des choses à apprendre au contraire car ce qui se produit démontre à quel point la situation est volatile et que la prudence doit être aussi au coeur de notre mix budgétaire et monétaire», a déclaré Paolo Gentiloni à l’issue d’un forum entre les Etats-Unis et l’Europe, rapporte l’AFP.

Il convient de rappeler que la première ministre britannique a été contrainte à une nouvelle volte-face vendredi sur son programme économique et a changé de ministre des Finances, dans une tentative pour rassurer les marchés et les rangs conservateurs. Sur la sellette après 38 jours au pouvoir, L Truss a annoncé que K. Kwarteng serait remplacé par J. Hunt.

Recommandé pour vous