#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Damas visé par un nouveau raid israélien : L’axe de la résistance ne désarme pas…

Le régime israélien a attaqué, mardi 19 mars, plusieurs positions militaires syriennes près de la capitale Damas. Cette nouvelle agression intervient au lendemain de la rencontre, à Téhéran, des ministres de la Défense syrien et iranien. Rencontre au cours de laquelle la partie iranienne a réaffirmé sa pleine disposition à développer les capacités de dissuasion de la Syrie.
Damas visé par un nouveau raid israélien : L’axe de la résistance ne désarme pas…

Le ministère syrien de la Défense a fait part dans un communiqué des raids israéliens contre des positions de l’armée syrienne près de Damas, précisant le moment exact de l’attaque vers 02h10 du matin, le mardi 19 mars. « L’ennemi israélien a lancé une agression aérienne depuis la direction du Golan syrien occupé, ciblant un certain nombre de points militaires dans la banlieue de Damas », indique le communiqué. « Nos forces de défense aérienne ont répondu aux missiles dont elles en abattu certains, les pertes se sont limitées au matériel », ajoute le communiqué.

L’attaque a eu lieu seulement deux jours après une autre attaque de missiles ciblant les régions du sud du pays et blessant un soldat.

A la fin du mois dernier, le régime israélien avait mené une frappe aérienne contre une banlieue de Damas, causant des dégâts matériels. Le mois dernier également, au moins trois personnes sont tombés en martyrs lorsqu’un aéronef sans pilote israélien a mené une frappe contre la province syrienne occidentale de Homs, près de la frontière avec le Liban.

La Syrie et le régime israélien sont techniquement en guerre en raison de l’occupation du Golan par ce dernier depuis 1967. Le régime d’occupation sioniste a mené des centaines d’attaques contre le pays après 2011, lorsque la nation arabe s’est retrouvée aux prises avec un militantisme et un terrorisme soutenus par l’étranger.

Tel-Aviv a considérablement intensifié ses frappes depuis octobre dernier, lorsqu’il a lancé une guerre génocidaire contre la bande de Gaza. Histoire de dissuader Damas de tout « aventurisme » en ouvrant le font du Golan occupé. Pour l’heure, c’est la résistance islamique irakienne qui prend sur elle d’apporter son soutien aux Gazaouis en ciblant, en partie depuis la Syrie, les sites et infrastructures israéliennes aussi bien dans le Golan occupé qu’ailleurs. Les Gazaouis en guerre asymétrique contre l’entité sioniste, soutenue à bout de bras par les Américains, bénéficient d’un appui militaire aussi bien du Hezbollah libanais que des Ansarullah au Yémen.

Les combattants du Hezbollah ont assuré avoir visé, mardi, la position israélienne Birket Richa et son entourage avec les armes appropriées et l’ont frappée directement. Une opérations parmi d’autres qui font mal à Tel-Aviv. Le journal israélien Yediot Aharonot rappelle à ce propos que dans les colonies situées le long de la frontière avec le Liban, les habitants craignaient le plus les longs mois de séparation de leur foyer, la fermeture des entreprises et la frustration des communautés qui conduiraient les jeunes à partir sans revenir. Depuis Sanaa, on signale qu’un navire américain baptisé Mado a été ciblé en mer Rouge avec un certain nombre de missiles navals. En outre, le général Yahia Saree, porte-parole de l’armée de Sanaa, a indiqué que  des missiles ailés ont été tirés, mardi, en direction des cibles israéliennes à Oum al-Rachach (rebaptisée Eilat) au sud de la Palestine occupée.

Recommandé pour vous