oncf

Parlement

La première séance de débat général sur le Projet de loi de finances 2024 (PLF), jeudi à la Chambre des représentants, a été marquée par des divergences de positions et d’interprétations, les groupes de la majorité affirmant que 2024 inaugure la mise en œuvre effective de l’État social, tandis que les députés de l’opposition ont critiqué l’”inexactitude” et le “manque de réalisme” de ses indicateurs.

Comme le veut la tradition, le roi Mohammed VI a présidé, vendredi 13 octobre, l’ouverture de la nouvelle année législative 2023-2024. Saluant l’esprit solidaire dont a fait preuve le peuple lors du séisme dévastateur de la région d’El Haouz, le Souverain a mis le curseur sur la reconstruction. Et placé à la tête de l’agenda gouvernemental le dossier clivant du Code de la famille.

Le Parlement marocain accueille, les 1er et 2 mars, les travaux de la 17e session plénière de l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée (APM). Cette session abordera plusieurs sujets et questions d’actualité à travers les recommandations et résolutions élaborées dans le cadre des Commissions permanentes spécialisées de l’APM.

Devant la commission des finances, de la planification et du développement économique de la Chambre des conseillers, les principales mesures fiscales prévues dans le cadre du projet de loi de finances 2023 (PLF-2023), dans sa version approuvée à la majorité par la Chambre des représentants, ont été déclinées par Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des finances.

La Chambre des Représentants a adopté à la majorité, vendredi, le projet de loi de Finances (PLF) n°50.22 au titre de l’année budgétaire 2023. Le PLF-2023 a reçu l’aval de 175 députés, alors que 66 autres s’y sont opposés et avec 2 abstentions et ce, lors d’une séance plénière présidée par Rachid Talbi Alami, président de la Chambre des représentants.

Aziz Akhannouch, chef du gouvernement, a assuré, lundi, à la chambre des représentants, que «l’amélioration du niveau de vie des Marocains et la réponse à leurs aspirations sont la véritable boussole des interventions» de son cabinet. Cette intervention intervient alors que la rue bouillonne et que les chiffres relatifs à la pauvreté explosent dans le pays. Pas moins de 3,2 millions de nos concitoyens ont basculé dans l’univers de la vulnérabilité.

Le projet de la loi de finances (PLF) au titre de l’année 2023 est axé sur la conciliation entre la gestion des effets des crises successives d’une part, et la nécessité de mettre en œuvre les projets stratégiques qui répondent aux aspirations des citoyens d’autre part, a indiqué jeudi à Rabat, Nadia Fettah Alaoui ministre de l’Economie et des finances.

Demo
© 2024 Pm-Editions. | Réalisation & Seo : Digitaltransformer.ma.