#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Attaque sanglante des shebab à Mogadiscio : Les Somaliens respirent…

A Mogadiscio, 20 heures après son occupation par les shebab, groupe terroriste proche d’Al-Qaida, le siège de l’hôtel a pris fin lundi en milieu d’après-midi, a annoncé le porte-parole de la police somalienne, cité par l'AFP.

« L’opération de ratissage à l’hôtel Villa Rose est terminée », a déclaré à la presse Sadik Dudishe, porte-parole de la police. Les shebabs « ont tué 8 civils qui étaient dans l’hôtel et les forces de sécurité ont réussi à en secourir environ 60, et aucun n’a été blessé », a-t-il indiqué, ajoutant qu’un membre des forces de sécurité avait également été tué. Livrant plus de détails, il a annoncé que l’attaque avait été menée pendant presque 21 heures par six personnes et « cinq ont été abattues et un s’est fait exploser ».

 L’attaque avait débuté, dimanche soir, avec un mode opératoire assez classique. Une voiture piégée avait explosé à l’entrée de l’hôtel avant qu’un commando ne s’infiltre à l’intérieur.

Après l’attaque cet été du Hayat, c’est l’hôtel Villa Rose, fréquenté par des hauts fonctionnaires et des parlementaires, situé près du palais présidentiel Villa Somalia, qui a été ciblé par les djihadistes.

Selon des médias locaux, au moins un ministre aurait été blessé. Adam Haw Hirsi, ministre de l’Environnement, a déclaré sur Twitter, dimanche soir, être sain et sauf. Des responsables gouvernementaux sont, eux, parvenus à s’échapper par les fenêtres de l’hôtel. Le quartier a été bouclé par les forces de sécurité. Des coups de feu et des explosions ont été entendues, lundi matin. Selon un responsable des services de sécurité somaliens, joint par l’AFP, les assaillants étaient « coincés dans une pièce du bâtiment » d’où les forces de sécurité sont donc parvenues à les déloger dans l’après-midi.

Le dernier bilan fait état d’au moins huit civils tués. Les forces de police ont par ailleurs ajouté que l’attaque avait été menée par six personnes dont « cinq ont été abattues et une s’est fait exploser ». Cette nouvelle attaque intervient alors que président Hassan Cheikh Mohamoud avait décidé, l’été dernier, de s’engager dans une « guerre totale » contre les shebabs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous