#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

A la veille de son départ à Washington : O. Sholtz reparle « sécurité en Europe »

L'Allemagne et « d'autres partenaires » mènent des discussions avec Kiev au sujet « d'engagements futurs en matière de sécurité pour l'Ukraine », a indiqué jeudi Olaf Scholz. Le chancelier allemand a exhorté la Chine à ne pas fournir d'armes à la Russie.
O. Sholtz reparle « sécurité en Europe »

« Il est clair que nous aiderons l’Ukraine à parvenir à la paix », a prévenu le dirigeant allemand devant la chambre basse du parlement allemand, le Bundestag. « C’est pourquoi nous discutons avec Kiev et d’autres partenaires des engagements futurs en matière de sécurité pour l’Ukraine », a expliqué O. Scholz devant la chambre basse du Parlement allemand, le Bundestag, avant d’être reçu vendredi par Joe Biden à la Maison Blanche. « Mais des promesses de sécurité présupposent impérativement que l’Ukraine se défende avec succès dans cette guerre », a fait valoir le chancelier, promettant que l’Allemagne allait poursuivre son aide à l’Ukraine, envahie il y a un an par les troupes russes.

Le quotidien Wall Street Journal a fait état le 24 février des doutes de Berlin, Paris et Londres de la capacité des Ukrainiens à repousser les Russes de l’ensemble de leur territoire et de leur volonté de fournir des garanties de sécurité à Kiev, passant par des livraisons d’armement sophistiqués et le renforcement des liens avec l’Otan.

« Reste la question : Poutine est-il prêt à négocier le retour à des principes et une paix juste ? Pour l’instant, rien ne le laisse supposer », a déploré le successeur d’Angela Merkel. Selon lui, le président russe « mise plutôt sur des gestes menaçants, comme par exemple dernièrement la suspension » du traité New Start conclu avec les États-Unis.

Le dirigeant allemand a aussi lancé un appel à la Chine, soupçonnée par Washington de vouloir livrer des armes à Moscou. « Mon message à Pékin est clair : utilisez votre influence à Moscou pour exiger le retrait des troupes russes. Et ne fournissez pas d’armes à l’agresseur russe », a prévenu O. Scholz.

L’Allemagne veut par ailleurs massivement renforcer sa capacité de production de munitions et d’équipements militaires pour répondre aux défis sécuritaires posés par l’agression russe de l’Ukraine, a ajouté le chancelier allemand. Le gouvernement discute avec l’industrie de la défense « d’un véritable changement de cap – vers des achats rapides, planifiables et performants d’équipements militaires pour la Bundeswehr et les autres armées européennes », a ajouté O. Scholz Le but, a-t-il ajouté, est de créer en Allemagne « une base industrielle qui apporte sa contribution à la garantie de la paix et de la liberté en Europe ». « Nous avons besoin d’une production continue en armes, équipements et munitions essentiels. Cela nécessite des contrats à long terme et des acomptes pour développer des capacités de fabrication », a affirmé le chancelier.

Recommandé pour vous