#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Tout en fustigeant l’expansion de l’OTAN : Téhéran appelle à faire taire les armes en Ukraine

Previous slide
Next slide
«L'expansion de l'OTAN est une menace grave pour la stabilité et la sécurité de pays indépendants dans différentes régions», a commenté l'Iran après le lancement par la Russie d'une opération militaire en Ukraine, tout en appelant au «cessez-le-feu».

Ebrahim Raïssi, président iranien, a considéré jeudi que l’expansion de l’OTAN était une «menace grave», lors d’un appel téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine, qui avait lancé à l’aube une offensive militaire en Ukraine.
«L’expansion de l’OTAN est une menace grave pour la stabilité et la sécurité de pays indépendants dans différentes régions», a ainsi déclaré E. Raïssi, cité par un communiqué de la présidence iranienne.
Lors de leur entretien téléphonique, V. Poutine a informé son homologue iranien «de l’évolution de la situation autour de l’Ukraine dans le cadre de la décision de mener une opération militaire spéciale pour protéger la population civile des républiques du Donbass conformément au droit international et aux obligations découlant des accords d’amitié et d’assistance mutuelle avec les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk», selon un communiqué du Kremlin.
Plus tôt dans la journée, Hossein Amir-Abdollahian, ministre iranien des Affaires étrangères, avait estimé que «la crise ukrainienne trouve ses racines dans les provocations de l’OTAN». Le chef de la diplomatie iranienne a également affirmé que «la guerre» n’était «pas une solution» et appelé à un «cessez-le-feu» pour «trouver une solution démocratique et politique».
L’ambassade d’Iran à Kiev a appelé ses quelque 4 000 ressortissants vivants dans le pays à partir «par tous les moyens», alors que l’Ukraine a annoncé la fermeture de son espace aérien.
Le président russe a annoncé tôt le 24 février une opération militaire en Ukraine, qui vise selon lui à défendre les Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, dont il avait reconnu l’indépendance trois jours plus tôt, mais aussi à «démilitariser et de dénazifier l’Ukraine». Cette opération a été dénoncée notamment par la Turquie et les pays occidentaux, dont certains ont déjà annoncé de nouvelles sanctions.

Recommandé pour vous