Logo Perspectives med

Sommet virtuel russo-chinois : Le monde bascule…

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré, vendredi, espérer une visite d'État de son homologue chinois Xi Jinping au printemps 2023. Une rencontre qui serait, selon lui, une démonstration de la solidarité entre les deux pays.
Sommet virtuel russo-chinois

« Nous vous attendons, Monsieur le Président, cher ami, nous vous attendons au printemps prochain pour une visite d’État à Moscou », a déclaré V. Poutine, en introduction d’une visioconférence avec son homologue chinois. Cette visite permettrait de « démontrer au monde entier l’étroitesse des relations russo-chinoises », a-t-il ajouté.

Le maitre du Kremlin a insisté sur l’importance des relations entre Pékin et Moscou, comme une source de stabilité. « Dans le contexte des pressions sans précédent et des provocations de l’Occident, nous défendons nos positions de principe », s’est félicité V. Poutine. Selon lui, « la coordination entre Moscou et Pékin sur la scène internationale […] sert à la création d’un ordre mondial juste et fondé sur le droit international ». Et de souligner que les deux puissances avaient « l’intention de renforcer la coopération entre les forces armées de Russie et de Chine ». « La coopération militaire et technique qui contribue à la sécurité de nos pays et le maintien de la stabilité dans les régions clé a une place à part » dans la coopération russo-chinoise, a-t-il ajouté.

En réponse, Xi Jinping a déclaré que la Chine était prête à accroître la coopération stratégique avec la Russie dans le contexte mondial qu’il a qualifié de « difficile ».

Le président russe a souligné vouloir renforcer la coopération militaire avec la Chine, louant la résistance de Moscou et Pékin face aux « pressions » occidentales. « Dans le contexte des pressions sans précédent et des provocations de l’Occident, nous défendons nos positions de principe », s’est félicité V. Poutine, selon l’AFP.

Selon lui, « la coordination entre Moscou et Pékin sur la scène internationale (…) sert à la création d’un ordre mondial juste et fondé sur le droit international ». « La coopération militaire et technique qui contribue à la sécurité de nos pays et le maintien de la stabilité dans les régions clé a une place à part » dans la coopération russo-chinoise, a-t-il souligné. Comme il avait signalé que les deux puissances avaient « l’intention de renforcer la coopération entre les forces armées de Russie et de Chine ».

Pour sa part, le leader chinois a fait l’éloge du « partenariat global et de la coopération stratégique » russo-chinois qui « font preuve dans cette nouvelle ère de la maturité et de la résistance au stress », selon ses propos traduits en russe et publiés par le Kremlin. « Nous sommes prêts à renforcer la coopération stratégique avec la Russie, à donner l’un à l’autre des possibilités de se développer, d’être des partenaires globaux pour le bien des peuples de nos pays et dans l’intérêt de la stabilité dans le monde entier », a-t-il assuré.

Entre Moscou et Pékin, les relations bilatérales présentées comme un partenariat stratégique « sans limites », ont pris de l’ampleur depuis le début de l’invasion militaire russe en Ukraine. Si les pays occidentaux ont imposé des sanctions sans précédent à la Russie, la Chine s’est abstenue de condamner publiquement la guerre en Ukraine, insistant plutôt sur la nécessité de rétablir la paix. Elle a jusqu’à présent, veillé à ne pas fournir de soutien matériel à la Russie, évitant ainsi de compromettre ses relations avec ses principaux partenaires commerciaux, l’Europe et les États-Unis.

Moscou et Pékin se présentent dès lors comme un contrepoids à l’unilatéralisme occidental piloté par Washington. Ils ont mené plusieurs exercices militaires conjoints ces derniers mois, le dernier en date étant les manœuvres navales en mer de Chine orientale.

Revenant sur cette rencontre virtuelle entre les deux leaders, la chaîne de télévision nationale chinoise s’est enthousiasmée : « la Chine est prête à travailler avec la Russie et toutes les forces progressistes à travers le monde pour s’opposer à l’unilatéralisme, le protectionnisme et l’intimidation ».

Concernant l’aspect strictement économique des relations russo-chinoises, V. Poutine a soutenu que « malgré une conjoncture extérieure défavorable, les restrictions illégitimes et le chantage direct de la part de certains pays occidentaux », en référence aux sanctions occidentales prises contre la Russie après le lancement de son opération militaire en Ukraine au mois de février, les deux pays avaient « réussi à atteindre un taux record de croissance du volume mutuel des affaires », rapporte RT. « À la fin de l’année, il aura augmenté de 25% environ. Avec cette dynamique, nous pourrons atteindre avant terme la barre des 200 milliards de dollars que nous nous sommes fixés pour 2024 », a-t-il conclu.

Recommandé pour vous