#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Frontière libano-palestinienne en ébullition : Le Hezbollah alterne missiles et drones dans ses attaques

Previous slide
Next slide
Le Hezbollah libanais a revendiqué 15 opérations anti israéliennes réalisées durant le week-end. Ces attaques menées « en soutien au peuple de Gaza persévérant et à sa résistance brave et vaillante », comprenait une réalisée avec des drones d’attaque. La seconde opération aux drones d’attaque a eu lieu ce dimanche et a visé des pièces d’artillerie israélienne installés dans la position récemment établie à Barakhta.
Frontière libano-palestinienne en ébullition : Le Hezbollah alterne missiles et drones dans ses attaques

Dans son communiqué, la résistance précisé qu’un déploiement de soldats ennemis a été directement frappé à 13h45 dans cette attaque. La première, réalisée vers 15h30 samedi 30 mars,  avait frappé le siège de commandement de la Brigade de l’Ouest de l’armée d’occupation israélienne.

S’agissant des 6 autres opérations du dimanche, la résistance libanaise a évoqué des tirs contre un attroupement de soldats dans l’entourage de la position al-Manara (17h30), contre des équipements d’espionnage dans le point nouvellement établi à Jardah (15h55), contre les positions de Zibdine dans les hameaux occupés de Chebaa et de Rweisat al-Alam dans les collines occupées de Kafarchouba (15h45), et celle de Ramim (12h15), établie sur le territoire du village libanais occupé Hounine. L’armée d’occupation a reconnu qu’un militaire israélien a été blessé dans cette dernière attaque. Vers 01h18, la résistance avait fait part d’une opération contre la position al-Malikiya.

La veille samedi 30 mars, la Résistance islamique avait revendiqué 7 opérations, outre celle aux drones d’attaque : 3 dans le secteur oriental et 4 dans le secteur occidental de la frontière avec la Palestine occupée.

Trois ont visé la caserne Ramim (8h00) à l’aide d’un missile Bourkane, la position Radar (15h00) dans les hameaux de Chebaa occupés et celle de Rweisat al-Alam (16h30) dans les collines occupées de Kfarchouba.

Les 5 autres opérations ont visé un déplacement des soldats israéliens et de leurs véhicules à l’intérieur de la position d’al-Malikyah (01h20), un bâtiment où sont stationnés des militaires israéliens dans la colonie Admit (12h15) (vidéo) la base Kherbet Ma‘er (12h20), et des soldats israéliens à l’intérieur de la position Raheb

Un deuxième incident suspect à Rmeich, localité chrétienne frontalière du sud du Liban a été révélé lorsqu’une patrouille de la Force intérimaire des Nations unies pour le Liban (FINUL) a été la cible samedi matin d’un tir de missile qui a failli coûter la vie à 4 de ses employés, dont 3 observateurs internationaux et leur traducteur.

Des sources de sécurité libanaise ont assuré pour al-Manar que les 4 hommes ont été blessés dans un raid de drone israélien. Ils venaient de descendre de leur véhicule qui porte la consigne de l’agence onusienne, dans le Wadi Qatmoune dans les terres du village lorsqu’ils ont essuyé un tir de missile. Les quatre hommes avaient pressenti qu’ils étaient traqués par un drone alors ils ont décidé de descendre du véhicule et de se disperser, ont raconté des médias libanais dont Lebanon 24.

Dans sa version des faits, l’agence nationale de l’Information ANI a rapporté « qu’un VTT appartenant aux observateurs de la trêve de l’ONUST près du Point B37 sur la ligne bleue, à la frontière avec la Palestine occupée, a été soumis vers dix heures et quart de ce matin alors qu’il effectuait une patrouille coordonnée près de la ville de Rmeich, à une attaque israélienne, où il a été visé par un missile direct, qui a blessé trois officiers et un interprète civil, dont l’un grièvement ».

La Finul qui a confirmé l’attaque a indiqué enquêter pour détecter son origine. Elle a indiqué que les trois observateurs sont de nationalité norvégienne, chilienne et australienne tandis que l’interprète est libanais. Son porte-parole Andrea Tenenti a qualifié ce qu’il s’est passé de « très grave ».

L’armée d’occupation israélienne a nié son implication dans ce tir qui est le deuxième du genre depuis le 8 octobre date à laquelle le Hezbollah a entrepris ses opérations contre les positions israéliennes frontalières en soutien au peuple de Gaza et à sa résistance, victimes d’une guerre israélienne génocidaire sans merci.

En novembre dernier, une patrouille de la Finul a fait l’objet de tirs de la part des forces de l’occupation israélienne stationnées dans l’entourage de la localité de Aytaroun.

A noter que c’est le deuxième incident intervenu à Rmeich en moins d’une semaine. Le 26 mars dernier, des jeunes se sont introduits sur sa place y ont installé une plateforme de roquettes pour les tirer en direction des positions israéliennes frontalières avant d’être chassés par les habitants. Alors que le maire de cette localité a accusé le Hezbollah de les y avoir envoyés, ce dernier a nié en bloc ces accusations. Le curé de la localité a admis pour sa part que les gens de Rmeich ne connaissent pas l’identité des jeunes qui ont tenté ces tirs.

Recommandé pour vous