Logo Perspectives med

E. Macron au pays de l’Oncle Sam : Rabibocher des relations éprouvées

Le président français effectue une visite d’État aux USA de trois jours. Avec Joe Biden, son homologue américain, Emmanuel Macron va célébrer et renouveler une alliance ancienne et que les deux pays veulent projeter vers l’avenir.
E. Macron au pays de l’Oncle Sam

La première journée de la visite de l’hôte de l’Elysée en Amérique a été marquée, mercredi, par une visite au cimetière national d’Arlington, une rencontre avec la communauté française et, enfin, un dîner privé pour les deux couples présidentiels. Une cérémonie d’accueil à la Maison Blanche très formelle avant un entretien bilatéral et enfin un dîner d’État clôturera le programme de jeudi. Il est prévu aussi une série de rencontres au plus niveau avec la vice-présidente Kamala Harris et le secrétaire d’État, le très francophone et très francophile Anthony Blinken, mais aussi avec des responsables du Congrès.

E. Macron n’est pas à sa première visite près aux USA puisqu’il avait fait le même déplacement pour y rencontrer Donald Trump. Mais à Washington, on retient surtout que c’est la première visite d’État organisée depuis l’accession de J. Biden au Bureau Ovale. Et pour cette première, le président US a choisi son homologue français.

John Kirby, coordinateur pour les communications stratégiques du Conseil de sécurité nationale, ne cache pas que l’administration Biden est très « exaltée »  par cette visite. Il explique que les alliances sont un pilier de la politique étrangère américaine. Et la France est la plus ancienne alliée des Etats-Unis. Elle est, dit John Kirby, au centre de tout ce qui se passe autour de l’Ukraine et de l’Indo-Pacifique avec les menaces chinoises. Et il ne tarit pas d’éloges sur Emmanuel Macron, qualifié de leader européen au sein du G7, et dont il loue à la fois l’expérience, les connaissances et la sagesse.

Il va évidemment être question des grands dossiers internationaux du moment. La guerre en Ukraine, mais aussi les relations avec la Russie. E. Macron assume de continuer à discuter avec Vladimir Poutine, contrairement à J. Biden. Sur la Chine, le grand rival et concurrent désigné par les États-Unis, la France et les Européens sont sur une ligne moins offensive et tiennent à conserver leurs relations économiques avec Pékin. On va parler de coopération spatiale. E<. Macron va visiter un centre de vol de la NASA près de Washington. La lutte antiterroriste, la sécurité alimentaire et énergétique, avec le gaz et le nucléaire sont également au programme. On parlera aussi de lutte contre le changement climatique et de relations économiques.

Selon un responsable français, il ne faut pas que les différences deviennent de vraies divergences. Ce que la France, et plus largement l’Europe, reproche aux États-Unis, c’est la fameuse loi de réduction de l’inflation qui a été promulguée l’été dernier par J. Biden. Cette loi prévoit des aides fiscales aux Américains pour l’achat de véhicules électriques fabriqués aux États-Unis. Bruxelles, comme Paris, y voient une prime à l’industrie US, voire l’expression d’un protectionnisme pur et dur. Un groupe de travail américano-européen a été créé pour comprendre les réserves européennes. La Maison Blanche explique qu’elle est réellement dans une démarche d’écoute et annonce que s’il n’y a pas d’accord à l’occasion de cette visite d’État, cette démarche va continuer. Car par-dessus tous, pour l’administration Biden, cette visite d’État ne doit pas être une occasion d’étaler les désaccords, mais de célébrer des relations et une alliance ancienne tout en la relançant pour le futur.

Recommandé pour vous