Logo Perspectives med

Résurgence des talibans au Pakistan : L’heure est aux attentats suicide

Au moins trois personnes ont été tuées et 23 blessées dans un attentat suicide revendiqué par les talibans pakistanais, deux jours après avoir annoncé la fin d'un cessez-le-feu qui n’a jamais été respecté. L'attaque a visé des policiers qui accompagnaient une équipe chargée de vacciner contre la polio dans l'ouest du Pakistan.
Résurgence des talibans au Pakistan

Un kamikaze a visé, mercredi, un camion de la police qui s’apprêtait à escorter une équipe chargée de vacciner contre la polio dans la ville de Quetta ; les trois morts sont « un policier, une femme et un enfant », a indiqué à l’AFP, Azhar Mehesar, haut responsable de la police locale. Au moins 23 personnes ont également été blessées, a-t-il aussi précisé.

L’attentat a été revendiqué par les talibans pakistanais du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), lesquels avaient annoncé le 28 novembre la fin du cessez-le-feu qui avait été prolongé indéfiniment en juin 2022 pour faciliter des négociations de paix avec des représentants de l’État pakistanais.

Les militants islamistes, notamment ceux du TTP, ciblent depuis des années les vaccinateurs anti-polio et les policiers assurant leur sécurité. Selon la presse pakistanaise, plus de 70 vaccinateurs anti-polio ont été tués depuis 2012, principalement dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), où le TTP est le plus solidement enraciné. La vaccination anti-polio se heurte à une suspicion persistante au Pakistan, où abondent les théories conspirationnistes voulant notamment que les vaccins s’inscrivent dans un complot occidental pour stériliser les enfants musulmans. Une autre de ces théories prétend que les vaccins contiennent de la graisse de porc et sont donc interdits aux musulmans.

Le TTP a justifié l’attaque par le non-respect de cette trêve de la part d’Islamabad et a promis de lancer des attaques de représailles « dans tout le pays ». L’attentat de Quetta a ainsi été mené « pour venger la mort » d’un des hauts dirigeants et membres fondateurs du TTP tué en août pendant la trêve, a annoncé le mouvement dans un communiqué transmis à l’AFP.

Groupe distinct des talibans afghans mais mû par une même idéologie et une longue histoire commune, le TTP a tué en moins d’une décennie, après sa naissance en 2007, des dizaines de milliers de civils pakistanais et de membres des forces de sécurité. Affaibli à partir de 2014 par d’intenses opérations de l’armée pakistanaise, il est revenu en force depuis le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan en août 2021, avec le retrait des forces US après deux décennies de guerre. Ses attaques ont ainsi augmenté de 50% depuis cette date et ont fait 433 morts, selon l’Institut pakistanais PIPS. Le Pakistan reproche aux talibans afghans de laisser le TTP planifier à partir de leur sol ses attaques, ce que ceux-ci n’ont cessé de nier.

 

Recommandé pour vous