Logo Perspectives med

Attaque ukrainienne dans le Bosphore : La défense russe affirme avoir déjoué l’offensive

Selon la Défense russe, Kiev a entrepris mercredi, près du Bosphore, d’attaquer un bâtiment de la Flotte de la mer Noire à l'aide de drones marins. Tous les appareils ont été anéantis.
Attaque ukrainienne dans le Bosphore

Les forces armées ukrainiennes ont tenté d’attaquer en mer Noire le navire russe Ivan Khours à l’aide de trois drones marins, a déclaré mercredi le ministère russe de la Défense. Selon l’instance, ce vaisseau assure la sécurité des gazoducs Turkish Stream et Blue Stream dans la zone économique exclusive de la Turquie.

L’incident s’est produit dans la matinée, à 140 kilomètres au nord-est du détroit du Bosphore. Le navire a détruit tous les engins qui le ciblaient avec ses armes de dotation.

La Défense russe a aussi expliqué que sa Marine protégeait les installations mentionnées depuis le sabotage des Nord Stream, survenu en septembre dernier.  En outre, au cours de ces dernières 24 heures, Kiev a perdu environ 400 soldats, plusieurs obusiers, un chasseur MiG-29, des stocks de munitions et projectiles de HIMARS.

Victoire russe

Si les pays occidentaux s’obstinent à débourser des milliards dans le conflit en Ukraine, un ancien ambassadeur de France aux États-Unis estime cependant que la Russie en sortira inéluctablement vainqueur. Il n’existe tout simplement pas de scénario réaliste dans lequel l’Ukraine pourrait mettre fin au conflit par une victoire décisive sur la Russie, a déclaré Gérard Araud, ancien représentant permanent auprès des Nations unies, à la chaîne YouTube UnHerd. « Beaucoup d’Américains que j’ai rencontrés m’ont dit que c’était une guerre européenne, et qu’ils se demandaient pourquoi les États-Unis dépensaient autant d’argent pour défendre l’Europe. C’est pourquoi, même si M.Biden [le Président américain, ndlr] est réélu, je ne vois pas les États-Unis débourser 50 milliards de dollars supplémentaires pour la défense de l’Ukraine », a indiqué le diplomate qui s’exprimait en anglais.

Il serait difficile pour l’Europe de prendre l’initiative de soutenir Kiev comme le fait Washington, note G. Araud, qui était conseiller d’Emmanuel Macron pour sa campagne présidentielle de 2017, et se prononçait pour le retour de la France dans l’Otan. « Cela s’accompagne de dangers politiques, y compris du côté américain. Parce qu’il y a Trump, qui pourrait être élu en 2024, et qu’il y a de la lassitude dans la société américaine », a-t-il conclu.

Les officiels politiques des pays occidentaux parlent constamment de la nécessité pour l’Ukraine de vaincre la Russie. Ils joignent l’acte à la parole en envoyant des armes de plus en plus dangereuses à Kiev.

Moscou les avait prévenus que toute aide militaire « ne résoudrait pas le conflit », mais allait plutôt prolonger les souffrances du peuple ukrainien.

Précédemment, le professeur Dan Steinboc dans l’American Conservative avait, en début d’année, déclaré que le soutien militaire des États-Unis transformait l’Ukraine en État en faillite et contribuait à la souffrance du peuple ukrainien.

Recommandé pour vous

×

Rejoignez-nous sur Facebook