Logo Perspectives med

Anniversaire de l’assassinat de Q. Soleimani : Téhéran ne lâche rien

L’Iran n’entend pas lâcher le dossier de l’élimination, il y a trois ans de cela, de Qassem Soleimani à l’aéroport de Bagdad où il a péri dans une frappe de drone en compagnie d’Abou Mahdi Al-Mohandis, leader du Hachd Chaabi irakien. Américains et Européens font obstacle à la poursuite légale de l’affaire de l’assassinat du général, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères.
Anniversaire de l’assassinat de Q. Soleimani

Lors d’une interview à l’occasion du troisième anniversaire de la mort du général Soleimani, Hossein Amir-Abdollahian a souligné, dimanche 1er janvier, qu’environ 60 responsables américains impliqués dans cet assassinat ont été ajoutés à la liste noire établie par la République islamique d’Iran (RII).

Le ministre a déclaré que Q. Soleimani n’a jamais rencontré les autorités d’autres pays sans coordination avec les responsables de la diplomatie iranienne.

Par ailleurs, le dirigeant du comité spécial pour le suivi de l’affaire de l’assassinat du général Soleimani a indiqué que le dossier de l’ex-commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) est en « phase finale » de l’acte d’accusation.

Samedi 31 décembre, lors d’une réunion sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme en Asie de l’Ouest, Abbas Ali Kadkhodaei, directeur du comité spécial de suivi de l’affaire d’assassinat du général Soleimani, a déclaré que le pouvoir judiciaire iranien et le ministère des Affaires étrangères avaient conjugué leurs efforts pour poursuivre l’affaire.

A.A.Kadkhodaei a en outre souligné que les États-Unis avaient violé toutes les obligations internationales et qu’ils avaient commis un grand crime en assassinant le général Soleimani. « C’est un crime impardonnable et les responsables américains qui ont commis ce crime et en ont accepté la responsabilité doivent être jugés et punis pour leur action », a-t-il ajouté.

Pour rappel, le général Soleimani, commandant de la Force Qods du CGRI, et ses compagnons irakiens, dont Abou Mahdi al-Mohandes, le commandant adjoint des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi), ont été tués dans une frappe de drone américain, commanditée par l’ex-président Donald Trump, le 3 janvier 2020, près de l’aéroport de Bagdad.

Le chef de la Révolution islamique en Iran a salué les sacrifices consentis par le général Qassem Soleimani. Le grand travail de l’icône de la lutte antiterroriste était de protéger, renforcer, équiper et raviver le front de la Résistance contre Israël et les États-Unis, a souligné l’Ayatollah Ali Khamenei.

Le numéro un iranien a rencontré dimanche 1er janvier 2023 la famille du général et des membres du comité chargé de la commémoration du troisième anniversaire de son assassinat. Il a déclaré que l’insufflation d’un nouvel esprit au front de la Résistance était le résultat du travail du général Soleimani.

Se référant au témoignage du secrétaire général du Hezbollah libanais, l’Ayatollah a souligné que les propos de Nasrallah constituent un grand chapitre pour comprendre l’importance du rôle du général défunt dans la relance de la Résistance. Khamenei a mis l’accent sur les progrès des Palestiniens face aux sionistes et les acquis de l’axe de la Résistance en Irak, en Syrie et au Yémen : « Le général Soleimani a renforcé la Résistance en s’appuyant sur les capacités de chaque pays, les années d’expérience de la Défense sacrée et les conseils de ses camarades. »

Il a également évoqué le grand exploit du général Soleimani, à savoir l’élimination du groupe terroriste Daech, saluant la mémoire de tous les soldats qui se sont sacrifiés pour cette cause.

Plusieurs hauts responsables du CGRI, dont le général de division Hossein Salami, commandant en chef du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), et le général de brigade Esmaïl Qaani, commandant de la force Qods du CGRI, ont également assisté à cette réunion. A. Khamenei a ensuite félicité le général de brigade E. Qaani, le commandant de la force Qods du CGRI, qui a su « combler le vide du défunt général ».

Recommandé pour vous