Logo Perspectives med

A.Chamkhani à Erevan : Téhéran s’oppose à tout changement géopolitique dans le Caucase

Le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale de la République islamique d’Iran est arrivé, le jeudi 7 juillet, à l’aéroport d’Erevan, capitale de la République d’Arménie, dans le cadre d’une tournée dans le Caucase.

L’amiral Ali Chamkhani s’entretiendra avec Armen Grigoryan, secrétaire du Conseil de sécurité arménienne, et Nikol Pashinyan, Premier ministre, sur des questions bilatérales, régionales et internationales et des plans de coopération entre Téhéran et Erevan pour assurer la sécurité et la stabilité régionales.

A son arrivée en Arménie jeudi, le responsable iranien a exprimé l’opposition de Téhéran à toute initiative entraînant des changements géopolitiques dans la région. Soulignant la nécessité des efforts visant à établir la paix et la stabilité grâce à la coopération régionale, A. Chamkhani a déclaré que l’Iran soutenait à cette fin des formats tels que la plate-forme de coopération « 3 +3 du Caucase du Sud ».

Il a également exprimé l’espoir que les négociations entre l’Arménie et la République d’Azerbaïdjan conduiraient à une paix durable avec la protection de l’intégrité territoriale des deux nations. Et d’ajouter que « la République islamique d’Iran s’oppose à toute mesure entraînant des changements dans la géopolitique de la région ».

Il convient de noter que le manque des ressources pétrolières et gazières a rendu l’Arménie dépendante d’autres pays pour l’approvisionnement en carburant.

En plus d’avoir d’abondantes ressources pétrolières et gazières, l’Iran occupe une position particulière dans les domaines du génie civil et de la construction de routes ainsi que de l’exploitation des ressources naturelles et des mines, des produits pétroliers et chimiques, des produits alimentaires et agricoles.

L’exportation de produits iraniens, y compris les produits gaziers, vers l’Arménie s’effectue via le poste-frontalier de Nourdouz, à la frontière entre les deux pays, et la création d’un marché frontalier commun peut faciliter les échanges entre les deux pays.

Par conséquent, l’Iran et l’Arménie sont des partenaires commerciaux appropriés l’un pour l’autre, d’autant plus qu’il n’y a pas d’obstacles sérieux à la coopération entre les deux pays.

Parmi les premières étapes pour améliorer les relations entre les deux pays, on peut faire allusion à l’établissement de relations de libre-échange, à la conclusion de l’accord pour la mise en œuvre de projets frontaliers communs dans le domaine des transports et des chemins de fer, à la création d’un barrage et l’exploitation de ressources en eau de la rivière Aras.

Suite à la détérioration des relations entre l’Arménie et la Turquie, le gouvernement arménien en interdisant l’importation de plus de 2 000 marchandises en provenance de Turquie a ouvert la voie à l’augmentation des exportations de marchandises iraniennes non seulement vers l’Arménie, mais aussi vers d’autres pays eurasiens. Les importations de l’Arménie se chiffrent à 5 milliards de dollars dont 2 pourraient être fournis par l’Iran.

Recommandé pour vous