Logo Perspectives med

Riyad veut toujours le parapluie US : T. Al Fayçal s’en fait l’avocat

Le prince Turki Al-Faisal, qui dirigeait auparavant les services de renseignement saoudiens, a déclaré que « l’Arabie saoudite souhaite que les États-Unis prouvent leur attachement à leurs engagements envers le royaume, en gardant leurs équipements militaires sur le sol du royaume ». Une déclaration qui intervient à l’heure où le ministre de la Défense US a boudé Riyad lors de sa tournée dans la région.

Interrogé jeudi par la chaine satellitaire américaine CNBS, concernant les besoins du Moyen-Orient suite aux répercussions du mouvement taliban, T. Al-Faisal a répondu que « nous devons réaffirmer l’engagement américain » sachant que les États-Unis, qui ont intensifié leur présence militaire en Arabie saoudite en 2019, ont déployé deux batteries de missiles Patriot à la suite d’attaques contre les installations pétrolières du pays, et Washington avait accusé l’Iran bien que Téhéran ait nié les accusations.
« Le retrait des missiles Patriot du royaume ne soutient pas l’intention déclarée des États-Unis d’aider l’Arabie saoudite à se défendre contre des ennemis extérieurs», a ajouté l’ancien responsable saoudien qui « espère que les États-Unis affirmeront leur engagement à faire tout ce qui est nécessaire pour nous aider ».
Le prince saoudien a souligné que son pays « préfère s’appuyer sur les États-Unis, mais a demandé un autre soutien pour renforcer ses défenses aériennes contre les attaques de l’Iran et des Houthis ». T. Al-Faisal a noté que « les États-Unis devraient sérieusement envisager de démontrer leur soutien au Moyen-Orient aujourd’hui, surtout après retrait chaotique des États-Unis d’Afghanistan, qui a entraîné la crise actuelle à Kaboul ».
Plusieurs médias ont rapporté en juin que le Pentagone avait décidé de retirer les systèmes de défense aérienne du Moyen-Orient, y compris les batteries de missiles Patriot déployés dans le Royaume wahhabite. Cette sortie de l’ex-patron des services saoudiens intervient à l’heure où bien des observateurs s’interrogent sur l’exclusion de l’escale saoudienne de la récente tournée du ministre américain de la Défense.

Recommandé pour vous