#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Réseaux sociaux en panne : Facebook en prend pour son grade

Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger ont subi une panne massive, non sans conséquences sur le plan économique. Entre temps, des hackers auraient mis en vente les données de 1,5 milliard d'utilisateurs du géant social.

Le 4 octobre, à 16h GMT, Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien, étaient frappés par une panne massive dont l’origine demeure inconnue.
«Nous sommes conscients que certaines personnes rencontrent des difficultés pour accéder à nos applications et produits. Nous travaillons pour que les choses reviennent à la normale le plus rapidement possible, et nous nous excusons pour tout inconvénient», a simplement déclaré le géant social sur Twitter.
Comme le rapporte l’AFP, cette panne affecte des dizaines de millions d’utilisateurs à travers le monde. A l’instar de Downdetectors, plusieurs plateformes recueillant des informations en temps réel sur l’état de divers sites relevaient des anomalies. De son côté, le New York Times affirmait que les employés de Facebook ne pouvaient en conséquence exercer leur travail. La panne du groupe a rapidement eu une répercussion sur le plan économique et sur les places financières. Selon le site Bloomberg, «les actions de Facebook ont baissé de 4,5% à New York, atteignant 327,66 dollars, leur plus bas niveau depuis le 21 juin». De son côté, l’organisation de surveillance et de cybersécurité Netblocks évaluait à 21h (heure de Paris) à près de 4 milliards de dollars le coût de cette panne pour l’économie mondiale.
Premier concerné financièrement par cette panne : Mark Zuckerberg, qui aurait vu sa fortune personnelle baisser drastiquement. Toujours selon Bloomberg, le fondateur de Facebook aurait perdu près de 7 milliards de dollars.
En outre, selon le site spécialisé Privacy Affairs, les informations personnelles (noms, emails, numéros de téléphone…) de plus de 1,5 milliard d’utilisateurs ont été piratées «permettant potentiellement aux cybercriminels et aux annonceurs sans scrupules de cibler les utilisateurs d’Internet dans le monde». Cette panne survient dans un contexte mouvementé pour Facebook. Frances Haugen, une ingénieur informatique qui a quitté le groupe en mai dernier révèle, avec des milliers de documents à l’appui, un tableau sombre des méandres de Facebook, où la recherche du trafic et des recettes publicitaires triompheraient souvent sur le supposé rôle social de la plateforme. A l’origine des informations accablantes du Wall Street Journal publiées mi-septembre sur Instagram et son impact sur les adolescentes, F. Haugen était attendu par le Congrès US pour une audition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous