#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Opération armée en Cisjordanie : L’armée israélienne sur le qui-vive

Une opération armée menée jeudi en Cisjordanie a causé la mort d’un colon et blessé deux autres. L’opération vite saluée par la résistance palestinienne a immédiatement mobilisé l'armée israélienne qui a lancé une chasse à l’homme. Cela s’opère à l’heure où la résistance palestinienne lance des manœuvres à Gaza et où les brimades contre les Chrétiens se multiplient à Al-Qods.

Cette vaste opération de recherche a duré toute la nuit de jeudi à vendredi. Des soldats de l’armée, des forces spéciales et même une unité de réservistes ont été déployés dans cette zone du nord de la Cisjordanie occupée, proche de la ville palestinienne de Naplouse.
Cette attaque fait suite à plusieurs autres perpétrées ces dernières semaines en Cisjordanie ou à Jérusalem. Ces dernières semaines, plusieurs attaques au couteau ont en effet ciblé des Israéliens. Mais l’armée israélienne explique : « Lorsque des armes à feu sont engagées, on entre dans un autre niveau de violence. »
Dans la bande de Gaza, on notera que les Brigades Al-Qassam, branche militaire du mouvement Hamas, ont mené mercredi 15 décembre des exercices dans la bande de Gaza baptisés « Bouclier Al-Quds ». Elles y ont présenté de nouvelles tactiques militaires, y compris la simulation de missions d’enlèvement de soldats israéliens.
Selon la télévision libanaise d’information al-Mayadeen, Bouclier de Jérusalem est « un avertissement à l’occupation que la violation de Jérusalem conduira à une explosion sans précédent de la scène ». Des sources palestiniennes ont révélé pour le journal libanais Al-Akhbar que les exercices interviennent sur décision de la direction d’Al Qassam, « à un moment où la puissance d’occupation est intransigeante et ne cesse de tergiverser sur les dossiers liés à la bande de Gaza, notamment le dossier des soldats capturés, dans lequel Israël retarde délibérément tout progrès ». Le Hamas insiste sur la libération des détenus palestiniens dans les prisons israéliennes, surtout ceux condamnés à perpétuité, en échange de la libération des militaires israéliens détenus à Gaza.
De même, les exercices portent un message aux médiateurs qui accompagnent Israël dans ses atermoiements dans le processus de reconstruction de la Bande et d’amélioration de sa situation économique, que « l’option militaire est toujours sur la table, au vu du ralentissement délibéré, qui vise à faire pression sur l’environnement populaire de la résistance ».
D’autres manœuvres militaires sont prévues prochainement, avec la participation de toutes les factions de la résistance palestinienne et seront baptisées Pilier solide-2. Pour rappel, les manœuvres Pilier solide-1 avaient été réalisées les derniers jours de l’an dernier, par la salle commune des factions de la résistance palestinienne.
Celle-ci avait alors lancé des rafales de missiles vers le large de Gaza, ainsi que les drones Ababil, dans le cadre d’une manœuvre qui simulait les menaces de l’occupation israélienne.
Les Chrétiens discriminés
On signale aussi que les églises chrétiennes de la Palestine occupée ont accusé, mercredi 15 décembre, l’entité sioniste de discriminer les touristes chrétiens après la prolongation de l’interdiction d’entrée aux étrangers jusqu’au 29 décembre, soit pendant la période de Noël.
Suite à l’apparition du variant Omicron à la fin du mois dernier, le gouvernement israélien a fermé les frontières aux étrangers pendant deux semaines, avant de prolonger cette interdiction à deux reprises, ont rapporté les médias israéliens. Les responsables israéliens ont cependant accepté une dérogation pour les voyages Birthright-Taglit, programme sioniste qui offre des voyages gratuits en Israël aux jeunes Juifs du monde entier.
Des groupes en provenance des États-Unis devraient ainsi débarquer à Tel-Aviv la semaine prochaine.
Les pèlerins chrétiens qui affluent traditionnellement vers AlQods occupée, Nazareth ou encore Bethléem (Cisjordanie occupée), le lieu de naissance du Christ (S), ont fustigé « un traitement sélectif » et ont accusé les autorités d’occupation de discrimination à leur égard. « Les discriminations raciales ne devraient jamais être acceptées de quelque manière que ce soit », a déclaré Wadie Abunassar, porte-parole et conseiller des églises de Terre Sainte, sur Facebook. « Je demande instamment aux autorités israéliennes de traiter tous ceux qui veulent visiter le pays de manière égale, sans aucune discrimination entre les religions », a-t-il ajouté.
Un responsable de l’Église catholique a déclaré sous couvert d’anonymat au journal Times of Israel que le Vatican était choqué et en colère par la décision israélienne.

Recommandé pour vous